Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la jeunesse répond présent
Elections législatives
Publié dans L'Expression le 17 - 04 - 2021

Crescendo, les annonces pour se présenter aux législatives prochaines, sous l'aile des partis politiques déjà en lice, ou indépendants, se font plus fréquentes sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui avait disparu de la scène politique durant les dernières décennies, sous l'arrogance et l'image imposante du vieux politicien, costumé en toutes circonstances accaparant la parole et l'acte au point de réduire l'élément jeune à l'unique servitude de son ascension.
Cette vision de l'exercice de la politique semble se dissiper sous le poids des nouvelles ouvertures contenues dans la nouvelle Constitution et dans le nouveau Code électoral, constituant un appel clair aux jeunes pour prendre leur destin et celui de leurs pays en main. Il faut dire que la révolution populaire et pacifique qui a réussi la prouesse de déloger un régime despotique qui régnait depuis des lustres, se compose essentiellement de jeunes qui se sont soulevés pour dénoncer l'injustice sociale, la dictature et la hogra».
Ce fut le vrai déclic, un tournant déterminant que des parties obscures tentent de dévoyer et de récupérer pour compromettre le processus démocratique et plonger le pays à nouveau dans l'anarchie et le chaos.
C'est précisément à ce niveau que réside toute l'importance de l'action des jeunes et leurs intérêts pour la chose politique. Du fait que leur prise de conscience du danger qui guette le pays, et qui se transforme peu à peu en translation de la rue aux institutions, pourrait constituer une barrière infranchissable aux appétits voraces des détracteurs de tous bords et dont les obédiences ne sont plus un secret pour personne.
D'autre part, cet engouement reflète, d'une façon incontestable, qu'au-delà des conditions de candidature qui favorisent cette tendance, l'argument révélateur d'une volonté de l'Etat à changer le processus électoral et l'assainir des pratiques frauduleuses, est sans contexte le bannissement de l'argent sale de la politique et l'encouragement des jeunes à travers le financement et le soutien à leurs campagnes. En profondeur, cela dénote d'un retour progressif de la confiance et de la crédibilité pour les solutions proposées par l'Etat pour une sortie de crise, qui ne peut se faire sans la contribution d'un acteur et d'une force aussi importante que celle de la jeunesse algérienne.
D'autant plus que ce sursaut qui monte d'une frange de la société qui a été accablée et lassée par une sphère politique qui a brillé par son incompétence et son penchant maladif pour la spoliation des richesses du pays, semble vouloir donner du crédit aux nouvelles directions politiques et sociales prônées par les pouvoirs publics.
Une volonté qui exprime également une reconnaissance d'une transparence dans la gestion des affaires du pays, même si les premiers mois ont été sacrifiés dans l'identification d'une forme de contre-révolution et une résistance au changement. toute cette synergie naissante, aura le mérite, une fois toutes les étapes constitutionnelles franchies, de mettre en place des bases solides, à même de constituer une relève de la classe politique, qui a douloureusement fait défaut sur la scène politique algériennes, et qui explique en partie la prise en otage du peuple, de sa volonté, et des idées, par la 3aissaba.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.