Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dictionnaires korandji cherchent un éditeur
Béchar
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2021

Deux dictionnaires Korandji-arabe-anglais et korandji-arabe-français, élaborés par deux chercheurs algériens, Ismail Yahiaoui et Lamine Souag sont, actuellement, à la recherche d'un éditeur pour les mettre entre les mains des lecteurs ou autres chercheurs et universités, tant en Algérie qu'à l'étranger, a indiqué le sociologue Yahiaoui à Béchar. «Nous avons mis au point deux dictionnaires dans le but de promouvoir et faire connaître le parler korandji, un parler unique tant en Algérie que dans les pays du Grand Maghreb», a précisé Yahiaoui, enseignant de sociologie à l'université «Tahri Mohamed» à Béchar.
«La mise au point de ces dictionnaires est venue après une étude réalisée sur tous les aspects de ce parler pratiqué actuellement par 3.800 à 4.000 locuteurs de la région de Tabelbella (350 km au sud de Béchar), et qui risque de disparaître si des mesures de sa promotion ne sont pas prises, car les parents ne parlent plus le korandji avec leurs enfants, l'abandonnant au profit de la langue arabe, langue nationale et officielle», a-t-il signalé. Malgré cette situation, le korandji est encore parlé par un pan de la population de Tabelbella, notamment dans les quartiers Chraïa et Zaouïa, avec ce constat lors de recherches sur le terrain pour l'élaboration de l'étude précitée que même les enfants l'apprennent souvent de leurs amis un peu plus âgés, selon le même universitaire.
L'ouverture d'un laboratoire de recherches dédié à ce parler à l'université «Tahri Mohamed» est un moyen de préservation de ce patrimoine culturel dont les origines historiques sont probablement le résultat de l'expansion du commerce entre Tombouctou et Sijilmessa au XIIIe siècle, qui aurait développé une agriculture dans les oasis situées sur cette route pour nourrir les voyageurs. C'est probablement de cette époque que datent les quelques emprunts que le korandji doit à un parler tamazight très proche au zénaga de Mauritanie, explique le même chercheur. Ce dernier voit en la décision du Haut Commissariat à l'amazighité de contacter la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique du ministère de l'Enseignement supérieure et de la Recherche scientifique pour inscrire le Korandji comme axe de recherche, au titre des plans nationaux de recherches (PNR) et ceux de l'Académie africaine des langues (Acalan), une «importante» décision pour la promotion de ce parler.
«Le vocabulaire Korandji, qui est un mélange de songhaï (langue nilo-saharienne parlée dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest), d'arabe et de tamazight, doit être valorisé et préservé», comme l'avait déclaré
Si El Hachemi Assad, secrétaire général du HCA, lors de sa récente visite dans la wilaya de Béchar. Avec l'élaboration de ces deux dictionnaires, le public va certainement se familiariser avec le vocabulaire korandji, et renforcer ses connaissances concernant ce parler, a fait savoir Yahiaoui.
Tachelhit reste à ce jour la langue de communication des populations des ksour de la Saoura, notamment Béni-Ounif, Lahmar, Mougheul, Mazer, Igli, Boukais et surtout la localité agricole de Wakda (5 km au nord de Béchar). Tachelhit reste la plus importante langue usitée dans ces Ksour, compte un nombre très important de locuteurs et est transmise de génération en génération, constituant ainsi le socle des sociétés de ces localités, indiquent des chercheurs et universitaires locaux.
Dans ces ksour plus que millénaires, Tachelhit est la langue de communication de tous les jours, car les enfants font son apprentissage dès leur naissance, d'ou sa pérennisation et son ancrage dans ces sociétés, et ce malgré la prédominance de la langue arabe, ont-ils souligné.
Cependant, est constaté un manque criard de recherches et d'études liées à cette langue maternelle dans la région, d'où le besoin de création d'un laboratoire de recherches académiques au sein de la faculté des sciences sociales, consacrées au parler korandji et à tachelhit, comme a tenu à le faire savoir le chercheur Yahiaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.