L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi un front national de solidarité?
Karim Younès, ministre d'état, médiateur de la République
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2021

Ce projet a un nom: le Front national de solidarité. Il a un auteur: le ministre d'Etat et médiateur de la République, Karim Younès. Les contours de cette initiative ont été déclinés, hier, à l'occasion de la signature d'une convention de collaboration avec le Conseil national des droits de l'homme. Pour justifier les raisons de cette initiative, salvatrice, les arguments n'ont pas manqué au médiateur de la République. Ils sont d'abord d'ordre politique, économique et compliqués par une grave crise sanitaire. Dans son allocution, Karim Younès a noté que l'Algérie traverse une période critique, au plan interne et externe, menaçant la stabilité des institutions et la paix sociale.
L'absence de visibilité épidémiologique, l'incertitude du marché pétrolier et la dévaluation conséquente de la monnaie nationale, avec ses répercussions sur les prix des produits de consommation de base, sont autant d'éléments qui, aux yeux de Karim Younès, exposent le pays à des difficultés futures de gestion de la dégradation sociale. Un signal d'alerte à prendre très au sérieux, sachant que l'auteur, n'est ni un défaitiste ni un amateur de l'alarmisme. À ces ingrédients s'ajoute une bureaucratie traumatisante au plan moral. Elle génère la corruption et aggrave le fossé entre la population et son administration. Que dire de la conjoncture internationale avec des menaces sérieuses à nos frontières, qui accentuent les risques d'une déstabilisation du pays?
Le médiateur de la République ne s'est pas contenté du rôle de simple lanceur d'alerte. Ayant posé son diagnostic, Karim Younès en vient aux solutions. Que faire? «Cette situation inédite nous impose de prioriser la recherche de solutions consensuelles pour atténuer les répercussions sociales de la crise sanitaire qui frappe le monde et dont l'Algérie n'est malheureusement pas épargnée.» Pour l'ancien président de l'APN, il y a urgence et le temps n'est ni aux débats stériles, encore moins à la confrontation politique. Il s'agit plutôt de rassembler nos forces face à des dangers imminents qui nous menacent dans notre existence.
«La période que nous traversons ne laisse pas de place à la confrontation politique ni à la compétition des programmes partisans», avertit le médiateur, appelant ainsi à la mobilisation de toutes les énergies avant de lâcher cette terrible sentence: cette mobilisation est une nécessité vitale «pour éviter l'écroulement social aux conséquences imprévisibles, voire dramatiques pour toute la société, sans distinction d'appartenance idéologique». C'est donc l'urgence qui dicte l'édification de ce front uni de solidarité.
Ces objectifs sont nobles. Ils visent avant tout à réveiller des énergies assoupies, à mobiliser toutes les tendances politiques agissantes dans le pays et le tout sera contenu dans le cadre d'une démarche consensuelle de prise en charge des problèmes sociaux, issus à la fois de la crise politique et de la démobilisation citoyenne, de la chute des recettes en devises et des conséquences de la pandémie de Covid-19.
Dans son allocution, il cite les principaux objectifs: équité régionale dans la répartition des ressources, pour un développement local participatif, sauvegarde de l'emploi et de la production des entreprises, dont les responsables ont été pénalement sanctionnés, identification et mobilisation des ressources de financement hors hydrocarbures, définition et mise en place d'une stratégie de prise en charge des catastrophes naturelles...
Le chantier est long et sa construction appelle à des sacrifices. Karim Younès affirme dans ce sens que «des mesures sociales, parfois contraignantes mais nécessaires, appellent à une adhésion massive et dynamique, afin de ralentir les effets délétères de la crise multidimensionnelle». Il explique que c'est de cette manière qu' «on remettra progressivement le pays sur les rails d'une politique économique productive, sortant de la dépendance des hydrocarbures».
À l'évidence, la recherche d'un consensus autour d'une solidarité nationale passe par l'organisation d'un espace de débats constructifs, avec la participation de compétences multisectorielles, «issues des différentes franges de la société. Les divergences politiques doivent, conjoncturellement, céder la place à la recherche de convergences sur les questions sociales et de Sécurité nationale».
Voilà donc une initiative à affiner davantage et qui offre des perspectives à une sortie de crise sans grands dégâts. La situation économique grave et complexe de notre pays, exige d'ouvrir le chantier de la débureaucratisation de tout le système, à la recherche d'une transparence des méthodes et des procédures fondamentales. Ces méthodes et ces nouvelles procédures doivent guider le fonctionnement de l'Etat et de ses démembrements au service d'une efficacité durable des actions engagées, actions à la fois viables et fiables. C'est une démarche qui aura un résultat durable et appréciable sur le vécu des citoyens de notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.