Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique du mensonge et du chantage
Le Maroc dénonce les «actes hostiles» de l'Allemagne
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

En pleine crise d'hystérie diplomatique, le royaume du Maroc a déclenché les hostilités avec l'Allemagne, rappelant son ambassadeur à Berlin parce que, dit-il, «la République Fédérale d'Allemagne a multiplié les actes hostiles et les actions attentatoires à l'égard des intérêts supérieurs du royaume», selon le communiqué publié par le ministère marocain des Affaires étrangères. Dans son réquisitoire, le MAE marocain s'en prend à l' «activisme antagonique» de Berlin, depuis la prétendue «reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental». Cette nouvelle salve ne constitue pas une surprise, Rabat ayant déjà décidé en mars dernier, de «suspendre tout contact» avec l'ambassade d'Allemagne au Maroc, suite à de «profonds malentendus» avec Berlin «sur différents dossiers» dont celui du Sahara occidental. Mais cette surenchère intervient au moment même où le Maroc multiplie les déclarations belliqueuses et les pressions envers l'Espagne, depuis que le président sahraoui Brahim Ghali y est hospitalisé, pour contamination par le Covid-19. Chantage aux migrants poussés en masse à Ceuta, pressions accrues avec le trafic de cannabis à grande échelle, Madrid cherche à apaiser Rabat, mais en vain.
Avec l'Allemagne qui a des positions plus conformes aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur la question du Sahara occidental, à savoir l'organisation d'un référendum d'autodétermination auquel le peuple sahraoui a droit, le royaume marocain tente le tout pour le tout et espère, en envenimant les rapports, imposer un profil bas non seulement à l'Allemagne mais aussi et surtout à l'Union européenne. Rabat pense, en effet, à la décision prochaine de la Cour de justice européenne (CJUE), saisie par le Front Polisario, pour statuer sur l'exploitation illégale et effrénée des ressources du peuple sahraoui par le Maroc et les puissances qui le soutiennent. Berlin a essayé, en réponse à la lettre du MAE Nasser Bourita invitant les instances du pays à boycotter l'ambassade allemande, de calmer les emportements délirants du royaume marocain. Mais, sans les «concessions» espérées par celui-ci, c'était peine perdue d'avance et les relations sont restées au point mort. Il semble que même cet état de fait ne convient pas aux dirigeants marocains qui nourrissent des ambitions autres et sont prêts à user de tous les subterfuges, y compris le rappel d'un diplomate. Le Maroc qui n'a pas digéré son absence à la Conférence de Berlin sur la Libye, organisée par l'ONU, en dépit, dit-il, de son «rôle régional», reproche, en outre, aux dirigeants allemands une «complicité à l'égard d'un ex-condamné pour des actes terroristes, notamment en lui divulguant des renseignements sensibles communiqués par les services de sécurité marocains». Le nom du soi- disant terroriste n'est pas cité dans le communiqué mais il s'agit sans doute de Mohamed Hajib, un binational germano-marocain, condamné en 2010, au Maroc, à 10 ans de réclusion pour «terrorisme», sentence réduite à 5 ans en 2012. Depuis, il consacre son temps à des critiques sans complaisance sur les réseaux sociaux. Rompu à la politique du mensonge et du chantage, le royaume marocain démontre qu'il fait peu de cas du geste de l'Allemagne qui lui a octroyé, en décembre 2020, 1, 4 milliard d'euros dont 202,6 sous forme de dons, comme aide d'urgence contre la pandémie de Covid-19.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.