Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourita sur des charbons ardents
Berlin «invite» l'ambassadrice du Maroc à «clarifier les malentendus»
Publié dans L'Expression le 04 - 03 - 2021

Dernier rebondissement, hier, de la crise ouverte par le gouvernement marocain et son MAE, Nasser Bourita, avec l'Allemagne, l'ambassadrice du Maroc en Allemagne, Zhor Alaoui, a été convoquée, mardi, au ministère des Affaires étrangères allemand pour des éclaircissements sur les «malentendus» évoqués dans la lettre que Bourita a adressée à tous les départements ministériels pour leur demander de «suspendre tout contact, interaction ou action, aussi bien avec l'ambassade d'Allemagne au Maroc qu'avec les organisations de coopération et les fondations politiques allemandes qui lui sont liées». Dans cette correspondance à l'adresse du chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani, Bourita évoque les points de friction sur le Sahara occidental et le grief monarchique sur une «mise à l'écart de Rabat dans les négociations sur l'avenir de la Libye». En clair, il s'agit des critiques formulées par Berlin à l'encontre de la décision de l'administration Trump de reconnaître une prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, d'une part, et de l'absence du Maroc à la Conférence de Berlin sur la Libye, d'autre part. Dans les deux cas, Nasser Bourita et ses commanditaires semblent oublier deux faits importants.
Le premier concerne la position souveraine de l'Allemagne sur le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et ses critiques envers la décision unilatérale et contraire au droit international du président américain sortant, Donald Trump.
A ce moment précis, l'Allemagne était, faut-il le lui rappeler, membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et elle exprimait, tout à la fois, sa position habituelle sur le dossier sahraoui, en se referant, pour la circonstance, aux résolutions de l'instance onusienne dont on ne peut pas dire qu'elles comportent une quelconque opacité sur le mandat de la Minurso et le statut d'un «territoire en attente de décolonisation».
L'autre fait, tout aussi important, a trait à la Conférence de Berlin sur la Libye, à laquelle les Nations unies ont convié les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, les pays engagés directement dans le conflit ainsi que les pays voisins de la Libye. Que l'on sache, le Maroc n'est ni un pays voisin ni un pays membre permanent ou non permanent du Conseil de sécurité et, encore moins, un acteur décisif de l'édifice compromis de l'Union du Maghreb Arabe, au nom de laquelle il aurait pu prétendre à un rôle quelconque, dans cette affaire.
L'Allemagne qui avait octroyé, en décembre dernier, un don de 1,387 milliard d'euros au Maroc, en soutien aux réformes financières et en aide d'urgence à la lutte contre la pandémie de Covid-19, est curieusement remerciée par Nasser Bourita et ses mentors. Bon prince, Berlin a annoncé, hier, qu'il tente de «dénouer les tensions diplomatiques entre les deux pays» et de dissiper les «malentendus» brandis par le ministre marocain des Affaires étrangères, dont il apparaît clairement qu'il est sur des charbons ardents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.