Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un lourd dossier contre Rachad
Démarche pour sa classification comme organisation terroriste
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

Selon une source très bien informée, le Mouvement dit Rachad a été classé comme étant une organisation terroriste. La déclaration officielle ne va pas tarder selon la même source, à être annoncée. Une décision qui intervient après une demande formulée par un collectif d'avocats au ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati. Dans cette lettre, le collectif d'avocats a bien mesuré sa demande s'appuyant sur un ensemble de justifications, entre autres « l'implication de l'organisation dans des activités terroristes et criminelles, selon International Security Report publié le 17/09/2017, qui a classé certains dirigeants de Rachad comme dangereux et recherchés à l'international et au niveau local en raison de leur soutien et de leur financement d'organisations terroristes mondiales». Les signataires soulignent dans leur revendication que ce mouvement est «une menace pour la Sécurité nationale, la sécurité des citoyens et sa cohésion sociale et compromet la stabilité et le fonctionnement des institutions du pays» Les avocats avancent aussi le fait que «l'organisation Rachad, malgré de nombreux avertissements et rapports des médias internationaux et locaux, dont certains de ses hommes ont été poursuivis par la justice, n'a pas été classée comme organisation terroriste et traitée sur cette base en raison de ses préjudices à la Sécurité nationale, à la cohésion sociale, à la sûreté et à la sécurité publique, sans parler des attaques, abus à l'encontre des institutions de l'Etat et de leurs hommes en particulier, l'Armée nationale populaire et les différents services de sécurité et leurs assimilés». Rachad créée en 2007 par des ex-mem-
bres de FIS dissou, à l'image de Mourad Dhina, Mohamed Samraoui, Larbi Zitout ou encore Rachid Missali, se présente comme étant un mouvement opposant et démocrate, mais qui n'a rien de démocrate vu le langage agressif utilisé par ses dirigeants et les incitations a la violence. Ce mouvement avait dès le mois d'avril 2019 infiltré le Hirak, qui avait commencé un 22 février. Des violences ont alors gagné la manifestation pacifique déclenchée par le peuple contre un cinquième mandat. Les femmes n'étaient plus les bienvenues, elles sont agressées ou insultées et les journalistes sont chassés. Les slogans ont changés, les revendications également. Les forces de sécurité sont devenues la cible de petits groupuscules de Rachad, notamment l'Armée nationale populaire qui avait pourtant soutenu le Mouvement populaire et a choisi d'accompagner son peuple dans ses revendications. Une décision prise sans condition par le Haut Commandement de l'ANP, a leur tête feu le général de corps d'armée, chef d'état-major et vice-ministre de la Défense Ahmed Gaid Salah.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.