«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le guet-apens islamiste
LE MOUVEMENT RACHAD INCITE LES JEUNES À BRÛLER L'EMBLÈME DE LA RUSSIE, LA CHINE ET L'ITALIE
Publié dans L'Expression le 23 - 03 - 2019


Le sinistre Zitout
Le hic dans tout ça, c'est que Zitout, l'un des porte-voix du mouvement Rachad, a ciblé uniquement les trois pays précités.
La dynamique historique du 22 février est en train d'assister à son acte V en matière de mobilisation populaire pacifique et massive à la fois. Ce processus qui ne décolère pas et qui maintient sa mobilisation jusqu'au départ du président sortant et de son système, a contribué fortement dans les décantations qui s'expriment de part et d'autre.
Mais le plus manifeste dans ce processus qui se veut comme une dynamique du changement radical et une démarche politique visant la mise en place d'une IIe République, fait dénuder les apprentis sorciers et les tenants de la récupération et de la manipulation dans le but de détourner cet élan de sa trajectoire consistant à asseoir les jalons d'une Algérie démocratique et sociale avec comme leitmotiv, un changement où la femme accédera à l'égalité sur le même pied que l'homme, et la mise en place d'un projet de société moderne et tourné résolument vers la modernité, l'humanisme et l'universalisme. Les tenants de l'archaïsme entrent en lice pour jouer les trouble-fêtes et essayer de disloquer l'élan populaire né de la glorieuse marche historique du 22 février.
Il y a quelques jours, le sinistre Zitout, un islamiste à la solde de ses maîtres qataris et turcs au service du projet de l'internationale islamiste des Frères musulmans, a appelé les jeunes Algériens via les réseaux sociaux à brûler l'emblème de la Russie, la Chine et l'Italie. Cet appel qui a suscité un tollé général chez de nombreux citoyens qui tiennent au caractère pacifique des marches pour imposer le changement du système dans le pays, montre on ne peut mieux que les islamistes et leurs alliés visent réellement à saborder l'élan populaire et le faire récupérer pour leur «cause» destructrice et aventurière.
Le hic dans tout ça, c'est que Zitout, l'un des porte-voix du mouvement Rachad, a ciblé uniquement les trois pays précités. Quant aux USA, la France et autres puissances qui font dans la manoeuvre et la manipulation de ces instruments et organisations d'obédience islamiste, ils ne sont pas du tout dérangés ni ciblés par l'appel incendiaire des représentants du mouvement Rachad, un mouvement financé par une ONG qatarie qui s'intitule «Karama» connue pour ses accointances avec la CIA qui manipule et instrumentalise le terrorisme international pour affaiblir les Etats, voire les détruire pour imposer son agenda consistant à recomposer la région dans sa totalité sous le fallacieux énoncé de Grand Moyen-Orient (GMO).
Les chargés de mission à l'image de Zitout, Dhina et consorts savent très bien que l'élan populaire n'a pas glissé dans sa majorité dans des slogans de leur funeste approche macabre et destructrice, à savoir la «dawla islamiya», un Etat théocratique, cela les dérange comme il dérange les officines qui sont derrière ces mercenaires à leur solde. Croyant que le mouvement populaire aller s'identifier aux présumés «printemps arabes» où tous les pays qui avaient eu affaire à lui ont été réduits à des amas de pierres donnant une image d'ensemble faite de destructions et de sang. A leur grande déception, ces chantres du terrorisme et de l'ingérence dans les affaires internes des pays souverains, cette donne, voire cette expérience, n'a pas été manifestée par le mouvement pacifique algérien qui impose respect et émerveillement. D'ailleurs, le sinistre Zitout a déclaré à ce propos que «nous, nous n'utilisons pas le slogan de la «silmiya», nous sommes pour le slogan de la non-violence. Nous devons réagir quand nous sentons que nous sommes provoqués et harcelés par celui de les forces de la répression. Le slogan «silmiya» doit être remplacé par la non-violence qui nous donne le droit de se défendre», voilà comment les résidus de parti dissous appréhendent le mouvement populaire dans l'objectif de le détourner et l'estampiller du sceau d'une violence maquillée, mais qui finira par s'exprimer au grand jour pour réaliser l'objectif qu'ils visent, à savoir faciliter la tâche à leurs maîtres pour créer la pagaille et le désordre comme c'était le cas en Libye où les chantres de l'islamisme, via le mouvement Rachad, menaient tambour battant la campagne de destruction de la Libye aux côtés de l'Otan et ses alliés qui ont installé un Conseil national provisoire (CNT) pour achever une fois pour toutes la Libye. C'est ce que veut le mouvement islamiste Rachad, un nouveau CNT algérien avec un accoutrement islamiste et bien évidemment ses alliés libéraux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.