Enseignement supérieur: Une Agence d'accréditation et d'assurance qualité    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Ligue Inter-régions - Play-off: Six tickets pour la Ligue 2 en jeu    A quand un bac réformé ?    Examens de fin d'année: Plaidoyer pour un calendrier «spécial» pour le Sud    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Sommet international à Berlin pour stabiliser la Libye    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Le Groupe de Genève organise une conférence    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Modric est éternel!    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Nouvelle recrudescence    La traque aux fraudeurs    151 Contrebandiers arrêtés en quelques jours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Ce sera en Août!    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    «L'écrivain qui dort en moi»    Les explications d'Algérie Télécom    370 nouveaus cas et 10 décès en 24 heures    Redistribution des cartes    Désormais valables pour l'Algérie    Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    "LE SERMENT"    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une «révolution» à ne pas rater
La production de voitures électriques moins chère d'ici 2027
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2021

Le monde, l'Europe, notamment s'apprête à se mettre à la voiture électrique. Les véhicules à batterie électrique représenteront 50% des ventes de véhicules neufs en Europe d'ici à 2030 et 85% en 2035 selon une étude de Bloomberg New Energy Finance (BNEF) rendue publique, hier. Et vraisemblablement il y ont tout à gagner, tant sur le plan financier qu'environnemental, dans ce qui s'apparente à une véritable révolution. Les voitures et utilitaires électriques coûteront moins cher à construire que les véhicules à combustibles fossiles à partir de 2025, 2026 ou 2027 selon les catégories, a assuré la même source. Ils pourraient représenter 100% des ventes de véhicules neufs dans l'Union européenne d'ici 2035, à condition que «les législateurs renforcent les normes de CO2 des véhicules et lancent d'autres politiques pour stimuler le marché, à l'instar d'un déploiement plus rapide des points de recharge», souligne l'ONG Transport et Environnement, qui a commandé cette étude. L'Algérie, qui ne sait plus à quel saint se vouer pour construire une industrie automobile, peut trouver chaussure à son pied. Une occasion à ne pas rater d'autant plus que l'expérience précédente qui a tourné en eau de boudin s'est de surcroît, transformée en un gâchis notoire qui a significativement pénalisé l'économie nationale. «Nous avons assisté, hélas, à la création de 400 postes d'emploi uniquement par un investisseur qui a consommé trois milliards de dollars», avait déclaré, au début du mois d'avril dernier le président de la République à l'occasion de sa rencontre périodique avec des représentants de la presse nationale. «Le prix du véhicule monté localement a dépassé celui du véhicule importé» a fait remarquer Abdelmadjid Tebboune. Un constat implacable qui suffit pour que l'Algérie nouvelle se tourne vers cette option pour qu'elle ne soit pas en retard d'une «guerre». L'opportunité est à saisir pour repartir du bon pied. Le «scénario» répond à souhait aux attentes des Algériens: Des voitures moins coûteuses avec à la clé une économie totale de carburant. Les véhicules seront aussi «moins chers à l'achat, en moyenne, même avant subventions» sans compter à terme les économies de carburant à l'usage, affirme Bloomberg New Energy Finance qui assure que le prix hors taxes d'une berline électrique s'alignera ainsi vers 2026 sur le prix d'un véhicule thermique, autour de 20 000 euros, contre près de 40 000 euros pour la version électrique en 2020. Voilà qui doit arranger les affaires du pays en matière de marché automobile. Théoriquement, il semble prêt à franchir le pas. «Le monde entier se dirige vers la production et l'usage des voitures électriques. L'Europe fonctionnera exclusivement grâce à l'électrique à l'horizon 2025, tandis que chez nous, l'on regarde encore du côté de l'assemblage de véhicules dont la combustion se fait par l'énergie fossile», avait déclaré, le 16 février 2020 en marge d'une réunion du gouvernement, l'ex-ministre de l'énergie Ferhat Aït Ali Braham.
«Il sera illusoire que de mettre en place une industrie qui n'aura que quelques années à vivre (...) il faut aller vers l'électrique non pas parce que c'est une mode, mais parce que c'est une révolution à ne pas rater», a renchéri le 4 mai dernier le ministre de la Transition énergétique Chems-Eddine Chitour dans un entretien accordé au média carvision dz. Il faut rappeler que l'acquisition des voitures électriques fait partie des mesures prescrites par le président de la République, lors du Conseil des ministres qui s'est tenu le22 mars 2020. Abdelmadjid Tebboune avait ordonné par la suite l' «affectation d'un quota de 15% du total des véhicules importés aux véhicules électriques, à condition de réduire au minimum des véhicules diesel» le 21 avril 2021. Une décision justifiée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.