L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une loi «spécifique et exhaustive»
Traite de personnes en Algérie
Publié dans L'Expression le 18 - 05 - 2021

L'Algérie sera dotée, d'ici fin 2021, d'une loi «spécifique et exhaustive» destinée à lutter contre la traite des personnes et à protéger les victimes, a annoncé, hier, à Alger, le président du Comité national de prévention et de lutte contre la traite des personnes, Lamine El-Hadj, se félicitant toutefois que ce type de criminalité n'ait pas atteint le stade de «fléau».
Cette loi, est un engagement de l'Etat algérien», a déclaré le président du Comité ad hoc, en marge de l'Atelier national sur la poursuite et le jugement des cas de traite des personnes.
Une rencontre de trois jours, est coorganisée par ledit comité et l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc), portant sur «les échanges sur les défis, les bonnes pratiques nationales et simulation de la phase de procès». Cette rencontre d'une quarantaine de magistrats algériens, est animée, entre autres, par des experts et spécialistes nationaux et maghrébins ainsi que d'Italie, de Belgique, du Mali, des Etats-Unis. Précisant qu'«il n'y a que le Code pénal qui couvre ce type de crimes, dont certaines victimes sont assistées par le Croissant-Rouge algérien», El-Hadj a indiqué que la nouvelle loi «qui sera soumise au nouveau Parlement, réglera tous les aspects liés à cette question» Abordant l'intérêt de cette formation autour de «questions très sensibles», il a mis l'accent sur l'importance d'une «définition juridique bien assimilée pour une qualification adéquate de ces crimes», notant que l'objectif consiste à «faire le distinguo entre la traite des personnes et d'autres crimes comme l'immigration clandestine». Il a fait savoir également que l'atelier fait suite à d'autres, organisés auparavant à l'échelle nationale, en présence d'officiers de la Police judiciaire, l'enjeu étant «la coordination entre les institutions de la justice et de la police pour lutter efficacement contre ce phénomène qui n'est heureusement pas considéré comme un fléau». Intervenant en ligne lors de la séance inaugurale, la directrice régionale du Bureau de l'Onudc pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Christina Albertin, a mis en avant «la coopération» existant entre l'Agence onusienne et l'Algérie en matière de lutte contre la traite des personnes, mais également du terrorisme, du blanchiment d'argent, du sida, etc. Qualifiant la prévention de «pilier» des actions menées, elle a souligné «la nécessité d'une coopération internationale» dans ces domaines, rappelant la célébration, en 2020 à Palerme (Italie), du 20ème anniversaire de la Convention onusienne de lutte contre le crime organisé, laquelle est, «avec 190 Etats membres, la plus ratifiée de toutes». Elle a également fait part de la tenue, ce jour à Vienne, de la 30ème session de la «Commission pour la prévention du crime et la justice pénale» dont l'objectif est d'arriver à «une riposte internationale» contre le crime organisé, et ce, tel que préconisé par les Objectifs sept et huit du développement durable (ODD) de l'ONU. Christina Albertin a déploré que le dernier rapport onusien en la matière ait recensé plus de 50 000 victimes dans le monde. Elle a, par ailleurs plaidé pour que «ces crimes soient identifiés de manière objective, et ce, dans le respect des droits de l'homme et à lutter contre les injustices».
De son côté, l'ambassadeur d'Italie en Algérie, Giovanni Pugliese, s'est félicité du partage d'expériences entre son pays et l'Algérie dans ce domaine et souligné celle du tribunal de Palerme tout en rappelant l'apport du juge italien assassiné, Giovanni Falcone, et de relever «les défis communs» dont la lutte contre le terrorisme et l'immigration clandestine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.