Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un casse-tête appelé «salles des fêtes»
Avant leur éventuelle réouverture
Publié dans L'Expression le 13 - 06 - 2021

La patate chaude est entre les mains des pouvoirs publics et des membres du Comité scientifique chargé du suivi de l'épidémie afin de décider du sort d'au moins 60.000 postes d'emplois directs qu'emploient des salles des fêtes agréées, sur le territoire national. C'est ce qui ressort des récentes déclarations du professeur Lyès Rahal, DG de l'Institut national de santé publique et membre dudit Comité. Ce responsable a, en effet, affirmé que les représentants des salles des fêtes ont été reçus au niveau du Comité scientifique. Et qu'ils ont été écoutés et que leurs préoccupations ont été transmises aux autorités concernées.
Plusieurs sources bien informées évoquent la possibilité d'une très prochaine réouverture des salles de fêtes avec un protocole sanitaire spécialement conçu à cet égard. L'enjeu est de taille, puisqu'il est question de faire éliminer les fêtes sauvages et de garantir la sécurité sanitaire en ces temps de recrudescence des contaminations. «Car la situation a favorisé l'informel» affirme Mohamed Briksi, le président du Comité national chargé des salles des fêtes affiliées à l'Anca.
Pour éviter justement que les salles des fêtes ne se transforment en de nouveaux foyers de l'épidémie, les 3000 propriétaires agréés, affirment par la voix de ce dernier qu'ils «acceptent même de travailler avec un protocole sanitaire non pas à
50% de capacités d'accueil, mais à 30%.» S'agit-il d'un cri de détresse? Selon toute vraisemblance c'est bel et bien le cas.
Les propriétaires des salles des fêtes et les travailleurs se disent être «les oubliés du déconfinement.» Leur activité est, en effet, parmi celles qui ne sont pas encore concernées par la reprise. Ils se retrouvent depuis près de 16 mois en chômage forcé. Leur cauchemar a commencé depuis l'interdiction de leur activité en mars 2020, en raison de la propagation du coronavirus.
Le choix motivé pour des raisons de sécurité sanitaire, menace leur gagne-pain. Ils attendent avec impatiente le feu vert des autorités, notamment avec l'approche de l'ouverture de la saison estivale. Leurs employeurs, eux, ne cessent de monter au créneau pour faire entendre ce qu'ils endurent, pour cause d'«inactivité». «Plusieurs gérants de salles des fêtes sont des locataires et ils sont aujourd'hui menacés d'expulsion», a martelé notre interlocuteur.
Le président du Comité national chargé des salles des fêtes a battu en brèche l'argument du coronavirus. Il s'est dit «étonné» du fait qu'il leur est interdit d'ouvrir, alors que «le risque est beaucoup moindre par rapport à l'activité dans les théâtres, les stations thermales, les hôtels et des dortoirs».
Ces lieux sont, en effet, concernés par le déconfinement. Mohamed Briksi a également fait savoir que «les travailleurs du secteur n'ont pu toucher les aides financières décidées par les pouvoirs publics pour la couverture partielle des charges qui constituent, un lourd fardeau qui pèse sur eux, en sus des grosses pertes induites par la suspension de leur activité, à cause de la propagation de l'épidémie.
Chaque établissement emploie, selon le même responsable, une vingtaine de personnes, entre serveurs et agents d'entretien.
Le nombre qu'emploie ce secteur d'activité serait en fait beaucoup plus important. Plusieurs familles dépendant du travail informel se disent dans le flou. Les cuisiniers pour fêtes et les petits artisans spécialisés dans la préparation de la pâtisserie traditionnelle affirment que «les commandes se font rares». Célébrer l'amour en ces temps de crise sanitaire, est en effet devenu un sacré dilemme pour les couples qui se retrouvent en difficulté financière. La plupart optent, en effet, pour des fêtes de mariages avec un effectif d'invités réduit, composé «des plus proches.»
Cela fait, selon Mohamed Briksi, que leur mission de gérer les espaces et appliquer le protocole sanitaire «devient plus facile.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.