L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La traque aux fraudeurs
Diffusion de corrigés de sujets du baccalauréat
Publié dans L'Expression le 24 - 06 - 2021

Le phénomène ne semble pas pour autant vouloir reculer. Les jeux du chat et de la souris, du gendarme et du voleur, se poursuivent.
Les pouvoirs publics ont eu beau prévenir contre ce type de délinquance qui prend une dimension toute particulière lors de l'épreuve du bac, il porte préjudice à un examen dont le diplôme, le plus populaire incontestablement dans l'inconscient collectif, couronne tout un parcours scolaire, le phénomène se répète à chaque fois. Un impressionnant dispositif a été mis en place pour dissuader les fraudeurs. Des unités de la Gendarmerie nationale à travers le territoire de compétence, la mobilisation de brigades fixes et mobiles et l'intensification des patrouilles de contrôle du réseau routier notamment, des unités héliportées en vue de fluidifier le trafic routier au niveau des axes menant aux centres d'examen, ont été déployées. Cela n'a pas découragé outre mesure les «tricheurs». Le 22 juin, troisième jour du bac 2021, le ministère de la Justice a annoncé dans un communiqué, un premier bilan de la lutte contre la fraude. 22 personnes ont été poursuivies pour des faits relatifs à la fraude au bac dont 18 ont été placées sous mandat de dépôt. Trois accusés ont été condamnés chacun à une peine d'un an de prison ferme et à une amende de 100.000 DA, les autres sont en attente de jugement, a précisé le département de Belkacem Zeghmati. Le même jour, trois individus ont été condamnés, à Sétif, à une année d'emprisonnement ferme pour avoir diffusé les questions et les corrigés de l'examen du baccalauréat. Les trois mis en cause ont été arrêtés par les services de la police judiciaire relevant de la sûreté de la daïra d'Aïn Oulmène (sud de Sétif) après contrôle de comptes électroniques sur un réseau social, dont les auteurs s'adonnaient à la diffusion de sujets du baccalauréat. Ils ont été jugés en comparution immédiate et condamnés à une peine d'une année de prison ferme, assortie d'une amende de 100.000 DA, chacun, avec mandat de dépôt à l'audience. Il faut rappeler que la justice a eu aussi à sévir par le passé.
Le 16 septembre 2020 plusieurs juridictions ont eu à prononcer des peines d'emprisonnement d'un à deux ans et des amendes de 50.000 à 500.000 DA à l'encontre de neuf individus impliqués dans la diffusion des sujets de l'examen du baccalauréat ou des corrigés de l'an dernier. Les prévenus avaient été poursuivis conformément aux procédures de comparution immédiate. Ces faits de fraude, observés par l'Instance nationale de prévention et de lutte contre la cybercrimalité, sont loin de constituer des cas isolés. Ils ont été relevés dans plusieurs wilayas: Tébessa, Ghardaïa, Sétif, Tissemsilt, Béchar et Djelfa. Les peines de 2020 ont été prononcées par les tribunaux de Batna, Tébessa et Ain Oussara (Djelfa).
La justice a de nouveau haussé le ton. Les peines de prison ferme prononcées contre les fraudeurs font état de la volonté de donner plus de crédibilité à ce sésame qui ouvre les portes de l'université et des grandes écoles. Il y va sans doute de celle de l'Etat, qui en ce moment, est en effet sur tous les fronts pour montrer qu'il ne tolérera pas tout ce qui peut porter atteinte ou écorner son image. La justice est saisie dans des affaires portant atteinte à ses symboles. À des figures historiques...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.