"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grève des cheminots... jusqu'à quand?
Leur mouvement s'est poursuivi pour le deuxième jour consécutif
Publié dans L'Expression le 29 - 06 - 2021

Tous les usagers des trains se posent la même question: à quand la fin de la grève des cheminots qui a bouclé, hier, son deuxième jour consécutif? Ce mouvement de protestation, qui paralyse le trafic ferroviaire a été lancé sans préavis par les travailleurs, avant d'être appuyé par la Fédération nationale des cheminots (FNC) qui, dans un communiqué rendu public, hier, a averti la tutelle de la détermination des 16.500 travailleurs à maintenir leur pression jusqu'à la satisfaction totale de leurs revendications. Ladjali Ahmed, l'un des membres de la FNC l'a d'ailleurs affirmé, «les travailleurs du secteur campent sur leur position, et exigent des réponses favorables à leur plate-forme de revendications socioprofessionnelles». Dans le cas contraire, «les grévistes menacent de maintenir leur mouvement» a-t-il ajouté. Parmi les revendications, le syndicaliste a énuméré «l'augmentation des salaires, notamment à travers la révision du point indiciaire de 80 à 82 et la révision des indemnités et des primes». Outre ces revendications socioprofessionnelles, les grévistes ont une autre requête, «le départ de l'actuel directeur général» de l'entreprise. Ce dernier est accusé de «gérer l'entreprise comme un bien familial...», a soutenu Ahmed Ladjali, ajoutant «à titre d'exemple, que le DG a refusé la réintégration de cinq fonctionnaires licenciés abusivement». Concernant cette affaire, le syndicaliste a tenu à préciser que «le dossier des travailleurs est sur le bureau du premier responsable de l'entreprise». Cela, avant de rappeler à ce propos, que «la justice a ordonné leur réintégration après qu'ils ont été abusivement licenciés par l'actuel directeur par intérim de l'Entreprise».
Pour étayer ou infirmer ces accusations et d'autres, nous avons tenté de joindre le principal concerné. En vain. Il y a lieu de noter, par ailleurs, que la direction de l'entreprise affirme, citée par l'APS, qu'«elle reste ouverte au dialogue et à toute proposition formulée par le syndicat dans le cadre des capacités de la Société». Quant aux employés licenciés, la direction de la Sntf a expliqué qu'il s'agissait de quatre fonctionnaires, dont les dossiers sont entre les mains de la justice et qu'ils seront réintégrés dès que l'affaire sera tranchée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.