"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le geste salvateur des citoyens
Nettoiement des abords de la RN 24 à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 07 - 07 - 2021

La gestion des ordures ménagères fait parler d'elle en cette période estivale. Sur les Routes nationales il est rare de ne pas voir un nuage de fumée monter de toute part vous obligeant à fermer les vitres de votre véhicule au risque d'être étouffé. Et lorsque ce n'est pas la fumée ce sont les odeurs nauséabondes qui se dégagent des décharges sauvages, qui polluent les abords des axes routiers. La côte Ouest de Béjaïa illustre parfaitement l'état de dégradation de la situation.
En effet, improvisées tout au long de l'accotement de la RN 24 longeant la côte Ouest de Béjaïa, notamment dans le territoire relevant de la commune de Toudja, «les décharges sauvages» grandissent davantage chaque jour au rythme des impressionnantes quantités d'ordures ménagères qui s'y déversent dans l'anarchie. C'est tout au long de l'année et de manière plus drastique durant la saison estivale.
Alors que les autorités en charge brillent par leur absence, ce sont les citoyens qui s'en inquiètent. Avant-hier, il a fallu que les villageois de Souk El Djemaâ organisent un volontariat pour que cet axe routier retrouve un semblant de pro-preté. Un geste salvateur, mais provisoire puisque les déchets, qui dégagent des odeurs nauséabondes à longueur de journée, refont surface pour envahir de nouveau les bordures de la route et altérer la nature, obligeant tous les automobilistes à fermer les vitres à chaque passage; Le spectre des maladies respiratoires, favorisé par une dégradation alarmante de l'hygiène, continue de hanter les esprits des riverains, qui, eux, habitent à longueur d'année, et c'est d'ailleurs cette motivation qui les met à l'oeuvre régulièrement en mobilisant les moyens pour nettoyer et encore nettoyer les déchets des autres.
Cette dégradation de la situation maintes fois signalée et la mobilisation des habitants de la région ne suscitent aucune réaction des pouvoirs publics. Même s'il est vrai que les problèmes d'incivilité se posent avec acuité, il n'en demeure pas moins que la défaillance des autorités publiques est flagrante. Le problème de la collecte et du traitement des ordures ménagères ne trouve toujours pas de solution. Si ce problème touche toutes les localités de la wilaya à longueur d'année, il reste cependant plus visible sur les côtes et les stations balnéaires en période estivale.
Sur la RN 24 il n'est plus possible de s'arrêter un moment pour admirer et contempler la grande bleue en raison des tas d'ordures qui s'amoncellent au moindre espace de stationnement. Sur la côte Ouest de Béjaïa on n'apprécie pas la beauté de la nature, on peut ne pas contempler les belles plages et stations balnéaires, sans risquer de voir les déchets laissés par l'homme et que les autorités n'enlèvent pas.
Avant-hier, les volontaires ont fait l'essentiel et ont donné le bon exemple d'une auto-prise en charge libérant les espaces publics des tonnes d'ordures. Ce drame des ordures est présent partout.
Les décharges publiques font désormais partie du décor. Les détritus de tout genre jonchent le sol au bord de la mer, des estivants cohabitent avec les amas d'ordures, d'où des comportements d'incivisme dénués du moindre souci de préservation de l'environnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.