La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Les douanes sont-elles des passoires?    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La renaissance    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    4 corps de harraga repêchés    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    Massacres du 17 octobre 1961 : de la connaissance à la reconnaissance ?    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Masque capillaire au yaourt et au miel    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    Qu'en est-il du brut algérien ?    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    Afin que nul n'oublie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les exportateurs sont désorientés»
Abderrahmane Benloulou, Directeur Général de YPS, à L'Expression
Publié dans L'Expression le 08 - 07 - 2021

Jeune patron d'une entreprise tournée, en grande partie, vers la réalisation d'opérations d'importation de divers produits, en provenance des continents comme l'Asie, l'Europe et en direction de pays arabes, au Moyen-Orient, A.Benloulou nous parle dans cette interview de son entreprise. Il évoque plusieurs aspects d'un redéploiement effectif sur le terrain et une reconversion des équipes vers ces nouvelles perspectives, ravivées par les nouvelles mesures incitatives des pouvoirs publics et les nouvelles lois, qui semblent charmer notre interlocuteur. En voici la teneur...
L'Expression: C'est quoi YPS et quel est votre domaine de spécialisation?
Abderrahmane Benloulou: YPS, c'est Your Planet Service. Nous sommes une société de jeunes qui fait l'accompagnement des importateurs et des exportateurs. On est également présent dans la logistique locale. Nous disposons d'un savoir-faire en matière d'agencement des produits, en coordination avec des bureaux étrangers et nous disposons aussi d'un large carnet d'adresses à l'étranger. Nos partenaires s'occupent également du marketing des produits que nous leur envoyons. Dans l'import, nous répondons pratiquement à toutes les demandes, à commencer par les moules, les produits finis, les machines, les matières premières, etc... En plus de cela, nous assurons une sorte de campagnes explicatives et de conseils, notamment en direction des jeunes porteurs de projets, comme ceux de l'Ansej et autres débutants. On leur assure même différentes traductions de documents à l'import, en chinois et d'autres langues mêmes. Nous avons 16 années d'expérience dans ce domaine. Nous sommes partis de rien. Nous sommes un groupe de jeunes universitaires, et c'est là un investissement personnel commun.
Les nouvelles lois concernant l'exportation hors hydrocarbures semblent vous séduire. Qu'en est-il exactement?
En fait, nous étions beaucoup plus portés sur les opérations d'importations de matières premières, machines industrielles. Cela représente un volume global de 80% de nos opérations. Néanmoins, avec les nouvelles lois du pays, les mesures incitatives et les encouragements des pouvoirs publics, nous sommes en train de virer à 360 degrés. Actuellement, c'est un changement radical de nos activités que nous opérons vers l'exportation. Nous sommes en train de concentrer tous nos efforts vers cet axe que nous souhaitons bénéfique. Nous sommes arrivés à obtenir de nos partenaires en Chine, en Inde et d'autres pays, avec lesquels nous avons des liens forts dans l'import, de soutenir nos opération d'export. Nous voulons que ça soit un partenariat gagnant-gagnant.
En matière de logistique, vous offrez des prestations aussi. Lesquelles?
Nous sommes présents sur plus de 25 wilayas, à travers un réseau de représentants dûment accrédités. Nous mettons à la disposition de nos clients des espaces destinés au stockage et à la congélation avec différentes variations dans l'espace, la quantité, le volume etc... suivant la demande. Nous assurons également les prestations de services différentes comme la réception et le transport des marchandises diverses. Nous sommes également dans la médiation commerciale, où nous arrivons à réaliser de grandes performances au profit de nos clients. Nous mettons à disposition notre expertise, afin de trouver les meilleurs produits, aux meilleurs prix. Nous nous adressons à toutes les catégories professionnelles, dont les importateurs, les exportateurs, les artisans, les grossistes, les commerçants détaillants, industriels, etc... qu'ils soient débutants ou professionnels. Nous pouvons même procéder à la récupération et remise des paiements entre acheteurs et fournisseurs.
Quels sont vos domaines de prédilection ou les produits que vous exportez?
Aujourd'hui, nous sommes à une vingtaine d'opérations d'exportation de divers produits en direction de différentes destinations du globe. Cela représente des domaines aussi variés comme l'agriculture, l'habillement traditionnel pour un client à Ghardaïa, le prêt-à-porter aussi, sans compter les produits agroalimentaires comme l'huile d'olive, les dattes, les fruits, etc... Les principaux pays où nous avons pu réaliser des opérations d'exportation de nos produits sont le Qatar, Oman, la Chine et le Bangladesh.
Des perspectives à l'export pour cette année ?
En fait, nous avons effectué une halte, histoire de nous reposer et de voir ce qui a été accompli. Dans la foulée des actions, chacun était chargé d'un vecteur précis.
Nous avons besoin de savoir ce que nous faisons et où nous allons. C'est une sorte d'arrêt technique, afin d'évaluer nos potentiels et nos faiblesses évidemment. Nous avons beaucoup d'ambitions et nous projetons de nous étendre dans ces nouvelles activités dédiées à l'export.
Il y a de nouvelles lois qui sont là, des mesures nouvelles en matière de législation, d'avantages et de mesures incitatives. Nous, ça nous intéresse tout cela et nous aimerions participer à cet essort de l'export hors hydrocarbures. Cette petite halte va nous permettre de mieux nous redéployer sur le terrain et réorganiser notre relance. C'est indispensable pour nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.