Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Mali, théâtre de deux coups d'Etat en moins de neuf mois
Publié dans L'Expression le 22 - 07 - 2021

Le 18 août 2020, le président Ibrahim Boubacar Keïta, dit «IBK», est renversé par un putsch après plusieurs mois de manifestations contre la corruption et l'impuissance de l'Etat face à l'insécurité.
Le 19, le colonel Assimi Goïta se présente comme le nouvel homme fort du pays.La communauté internationale condamne le coup d'Etat et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) impose des sanctions au Mali.
Autorités de transition
Le 12 septembre, la junte, sous pression internationale, s'engage à une transition vers un pouvoir civil dans les 18 mois.
Le 21, l'ex-ministre de la Défense Bah Ndaw est désigné président de transition et le colonel Goïta vice-président.
Le 27, l'ancien ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane est désigné pour former un gouvernement, constitué en octobre, avec des militaires aux postes clés. La Cédéao lève ses sanctions.
Le 15 avril 2021, les autorités de transition fixent des dates en février et mars 2022 pour les élections présidentielle et législatives, en vue du transfert du pouvoir aux civils.
Confronté à une contestation grandissante, le Premier ministre Moctar Ouane présente la démission de son gouvernement mi-mai. Reconduit, il est chargé de former un nouveau cabinet.
Le 24, la présidence annonce un nouveau gouvernement intérimaire. Les militaires conservent des postes clés, mais deux figures de l'ancienne junte sont écartées des portefeuilles primordiaux de la Défense et de la Sécurité.
«Coup d'Etat dans le coup d'Etat»
Mécontents, les militaires arrêtent le président et le Premier ministre.
Une grande partie de la communauté internationale condamne «la tentative de coup de force» et exige leur «libération immédiate».
Le 25, le colonel Goïta dit avoir déchargé MM. Ndaw et Ouane de leurs prérogatives, les accusant de tentative de «sabotage» de la transition. Il assure que les élections sont maintenues en 2022.
Le président français Emmanuel Macron dénonce «un coup d'Etat dans le coup d'Etat inacceptable».
Le 26, le président et le Premier ministre de transition démissionnent, selon la version officielle. Les Etats-Unis suspendent l'assistance aux forces maliennes.
Le 27, Bah Ndaw et Moctar Ouane sont libérés, mais restent assignés à résidence, selon la Cédéao. La Cour constitutionnelle déclare le colonel Goïta chef de l'Etat et président de transition.
Le 30, le Mali est suspendu de la Cédéao, sans nouvelles sanctions, puis par l'Union africaine (UA) et l'Organisation internationale de la Francophonie. La Banque mondiale suspend ses opérations financières avec le Mali.
Goïta investi, nouveau gouvernement
Le 7 juin, le colonel Goïta est investi président de transition. Il promet «des élections crédibles, justes, transparentes aux échéances prévues». Il nomme un Premier ministre civil, Choguel Kokalla Maïga, vétéran de la politique nationale.
Le 10, Emmanuel Macron annonce une réduction de la présence militaire française au Sahel.
Le 11, le colonel Goïta désigne les membres d'un nouveau gouvernement. Les militaires obtiennent des postes clés comme la Défense, la Sécurité et la Réconciliation nationale.
Fin juin, l'ONU prolonge jusqu'au
30 juin 2022 sa mission au Mali, la Minusma, en insistant sur un retour du pouvoir aux civils et la tenue d'élections générales le 27 février.
Début juillet, le ministère des Armées annonce que la France va reprendre ses opérations conjointes avec les forces maliennes, suspendues à la suite du putsch de mai.
Attaque contre le président
Mardi 20 juillet, deux personnes tentent de poignarder le colonel Goïta durant le rite musulman de l'Aïd al-Adha, la fête du Sacrifice, à la Grande mosquée de Bamako. Ses services affirment que le président de la transition est «sain et sauf».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.