Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rachid boukherroub lauréat du prix «alliche»
Roman en tamazight
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2021

Le prix Rachid-Alliche du meilleur roman en langue amazighe a été attribué cette année à l'écrivain Rachid Boukherroub pour son dernier roman «Akken i wen-yehwa semmit-as». Ce roman a déjà reçu le Prix du président de la République du meilleur roman en tamazight, décerné en janvier 2021 à l'occasion de la célébration de la fête de Yennayer.
Quant au prix Rachid-Alliche, il est attribué par la fondation Tiregwa qui récompense chaque année ou chaque deux ans, les meilleurs oeuvres littéraires amazighophones dans plusieurs catégories. Pour cette septième édition du prix Rachid-Alliche, le choix des membres du jury est tombé sur le troisième roman de Rachid Boukherroub, déjà lauréat, en 2015, du prix Assia Djebar pour son premier roman «Tislit n ughanim» paru aux éditions «El-Amel» de Tizi Ouzou. Rachid Boukherroub, professeur de philosophie puis directeur de lycée dans la région de Boudjima (wilaya de Tizi Ouzou), est, d'ailleurs, le premier écrivain à avoir reçu le prix Assia Djebar du meilleur roman de langue amazigh.
Trois lauréats dans la catégorie des nouvelles
Dans la catégorie des nouvelles, toujours en langue amazighe, le prix Belaïd-Ait-Ali a été attribué, pour cette huitième édition, à trois lauréats.
Le Premier Prix a échu à l'auteure Thiziri Taib pour sa nouvelle: «Itij yebgha ad t-yecc wayyur». Le deuxième Prix est revenu à l'écrivain Mohammed Arezki Bouam pour son texte «Tinna nniden». Quant au troisième prix, le lauréat est Katia Touat, avec sa nouvelle «Tacallamt». Concernant le prix Taos Amrouche de la littérature Jeunesse en tamazight, il a été attribué respectivement à Titem Brachemi, Hamid Bilek et Fahim Messaouden pour leurs livres:
«Tayazidt yecqaren ibiregh»,
«Ales-iyi-d yennayer» et «Izir deg irebbi n te?gi».
Le prix Taos-Amrouche de la bande dessinée a été décerné, cette fois-ci, à Kamel Bentaha pour son ouvrage «Tamacahut n Tsekkurt». Enfin, le Prix de la littérature biographique ou autobiographique en langue amazighe, portant le nom de Fouroulou, en référence au personnage principal du «Fils du pauvre» de Mouloud Feraoun, a été attribué à l'universitaire, chercheur et écrivain Kamel Bouamara pour ses travaux de recherches de doctorat réunis dans un ouvrage dont le titre est «Si Lbachir Amellah (1861-1930), un poète-chanteur célèbre de Kabylie». Cet ouvrage a été édité en 2005 à Lille (France) et réédité par Tira-éditions à Bgayet en 2014 et dont le projet de la traduction en langue kabyle est en cours de réalisation.
Kamel Bouamara et la littérature biographique
Les organisateurs de ce prix ont rappelé que l'écrivain-chercheur Kamal Bouamara a toujours donné de l'importance à la littérature biographique sur des personnages illustres de la Kabylie, tels que les poètes Youcef-Ou-Kaci, Cheikh Mohand-Ou-Lhocine, Si Mohand-Ou-Mhand et Si Labachir Amellah: Kamel Bouamara a traduit l'un des ouvrages de l'écrivain kabyle Mouloud Feraoun, «Jours de Kabylie» en langue kabyle sous le titre «Ussan di tmurt» en 2006. Kamel Bouamara, docteur en lettres, enseigne la littérature amazighe à l'université de Béjaïa depuis 1995. Il est l'auteur de plusieurs traductions remarquables et d'un recueil de nouvelles, «Nekni d wiyid» (nous et les autres). Il s'est penché sur l'étude du répertoire poétique du poète chanteur Si Lbachir Amellah dans le cadre de son mémoire de magistère et de doctorat dont une partie de cette thèse a été publiée aux Editions Talantikit (Béjaïa). Il est aussi l'auteur du premier dictionnaire monolingue kabyle, Issin paru en 2010. Kamel Bouamara est aussi l'auteur de plusieurs autres livres dont: «Lexique de la rhétorique», «Amawal n tussna», en collaboration avec Allaoua Rabhi, «Littérature et société: le cas de Si Lbachir amellah (1861-1930), un poète-chanteur de Petite Kabylie»,
«Introduction à l'étude de la littérature d'expression kabyle», «Questions de métrique kabyle traditionnelle», «Ilugan n tira n tmazight», Son dernier livre, en langue amazighe, paru en septembre 2020 porte le titre de «Tamacahut-iw lwad lwad».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.