La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    UEFA-FIFA : L'Europe dit non à une Coupe du monde tous les 2 ans    La scène médiatique en deuil    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    La pointure du monde    À quand le vrai bonheur?    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les raisons du processus inflationniste    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Le FFS contre-attaque    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Vers une hausse des salaires    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des endroits féeriques à visiter
Tourisme local
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2021

Cette année, la saison estivale est marquée par la propagation alarmante du variant Delta, ce qui n'empêche pas les plages d'être pleines de monde dès les premières heures de la matinée. De Tassallast à la plage du port, de la grande plage à Feraoun et Sidi Khaled, le sable doré se conjugue au bleu azur de la mer, dans un décor féerique qui attire les estivants de toutes les wilayas d'Algérie. Mais ce beau spectacle fait paradoxalement peur aux habitants de la région qui y voient un facteur empêchant les efforts menés afin de stopper la propagation du virus. Chose pour laquelle, les appels se multiplient depuis le début de la semaine pour la fermeture des plages. Pour le moment, affirment de nombreux restaurateurs et autres commerçants, le risque de voir le virus se propager sur les plages n'est pas si imminent car les plages sont des espaces en plein air. Le danger, ajoutent-ils, se situe dans les places fermées. Toutefois, beaucoup de voix s'élèvent pour dire qu'il existe d'autres alternatives pour profiter de la saison estivale. Le littoral n'a pas que les plages pour attirer les visiteurs. D'autres richesses restent encore inexploitées. Une simple virée, loin des plages permet de découvrir des trésors cachés. Un véritable patrimoine diversifié peut être exploité par l'industrie touristique locale, pour peu qu'elles jouissent de l'intérêt des autorités et des services concernés.
Une île paradisiaque au large
Les professionnels du tourisme estiment que ce lieu, situé à quelques centaines de mètres au large, est une véritable île au trésor pour peu qu'elle soit ouverte à l'investissement public ou privé. L'îlot qui fait face au port de Tigzirt est dans un état d'abandon qui pose des interrogations. De l'incivisme de certains estivants au mépris des autorités locales, la question est posée sur le sort de cet îlot. Beaucoup s'interrogent, en effet, s'il ne faut pas réfléchir sur le statut juridique des lieux qui devraient un jour ou l'autre être exploités par l'Etat ou par le privé. Son statut actuel reflète en fait, l'état d'abandon dans lequel il se trouve.
Sidi Khaled et Cheurfa
Avec ses reliefs rocheux, il y pousse des figues de barbarie à s'y méprendre dans ce village méditerranéen de Kabylie. Sur le versant qui fait face au large, le visiteur se trouve nez-à-nez avec Izra Mimoun, un rocher qui émerge de la mer comme pour défier les profondeurs. Des tournées en barque sont organisées à l'aide de navettes, même si le créneau manque encore d'organisation.
En fait, ces lieux sont très visités, malgré l'oubli dont ils sont l'objet de la part des autorités locales. Les touristes n'ont pas attendu qu'on les invite pour effectuer des visites dans les zaouïas de la région. Avant d'aller sur les plages, beaucoup de familles visiteuses venant des autres wilayas, préfèrent commencer par une visite à la zaouïa de Sidi Boubkeur à Cheurfa, zaouïa Sidi Khaled sur le littoral, à l'est de Tigzirt et Sidi Mhand Saâdi à Mizrana. Des lieux mythiques empreints de la sagesse des anciens qui ont toujours été des destinations privilégiées pour un grand nombre de touristes. Intégrés dans la carte touristique locale, ces villages auraient pu profiter économiquement de la venue des touristes. Pour l'instant, les villageois à Cheurfa, Mizrana et à Sidi Khaled, s'organisent presque spontanément pour accueillir les hôtes sans que cela ne soit fait dans un esprit de gain ou une activité touristique. Ce qui est bien avec cette activité, c'est que les visites ne présentent point de danger sur la santé des habitants si les hôtes respectent les mesures sanitaires.
Le massif forestier de Mizrana
Récemment, des jeunes se sont portés volontaires pour organiser des circuits touristiques au bon milieu de cette forêt paradisiaque. L'engouement est très grand pour la découverte de ce lieu où la nature n'en finit pas d'offrir de belles surprises. Ce créneau qui attire de plus en plus de visiteurs peut, selon ces jeunes, être intégré dans l'offre touristique de la ville de Tigzirt. Les estivants, qui viennent par milliers vers les plages de Tigzirt seraient très intéressés de découvrir ces lieux via des circuits touristiques à pied et ou en véhicule. D'autres vestiges sont nombreux à Tarihant témoignant d'une vie ancienne comme à Azrou Imeyyazen, site inscrit au patrimoine national. À Mizrana toujours, le dense massif forestier regorge de sites comme Azrou Ouvakhikh et Tabourth N Mhand Oumhand. La création de forêts récréatives peut également attirer des visiteurs vers ce massif forestier très riche par la diversité de sa faune.
Djellahem, ce témoin vivant...
Les touristes s'y rendent rarement, bien que le lieu soit d'une beauté inouïe. Non intégré dans l'offre touristique de la ville de Tigzirt, cet endroit féerique se trouve juste à une dizaine de kilomètres à l'est de la ville de Tigzirt. Le village Taksebt regorge de sites touristiques et présentent les caractéristiques d'un authentique village de la Méditerranée. À Taksebt, on garde encore les traces de la vie ancienne de ses premiers habitants. Djellahem est un lieu avec ses roches qui est encore objet de visite des villageois. C'est un site qui garde encore des vestiges d'une mythologie ancienne. D'autres vestiges de la vie ancienne comme les silos où les anciens stockaient leurs denrées alimentaires collectivement. Un patrimoine gardé par l'association qui porte le nom de Djellahem laquelle a réussi à sauvegarder l'identité méditerranéenne du village Taksebt.
Agences de tourisme, où êtes-vous?
Ce riche patrimoine, qui fait office d'un vaste musée en plein air, nécessite toutefois une véritable professionnalisation de l'activité touristique. Un véritable segment capable de faire la jonction entre la manne touristique qui afflue vers les plages de Tigzirt avec ces endroits féeriques inexploités. Pour ce faire, beaucoup de professionnels du tourisme proposent d'intégrer dans ce créneau les agences de voyage qui sont les seuls à même de proposer ces circuits touristiques afin de faire découvrir ce trésor caché aux touristes qui sont prêts à payer le prix. Pourtant, ces dernières, en faisant appel au transport privé, peuvent animer tous ces lieux et ces sites, en organisant des circuits touristiques au bénéfice des touristes qui ne demandent qu'un moyen pour aller admirer les paysages et les sites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.