PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Meriem Belmihoub Zerdani nous a quittés
Moudjahida de la première heure
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2021

La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani, est décédée, hier, à l'âge de 86 ans. Née en 1935 à Alger, fille d'un syndicaliste et militant du PPA, la défunte a appris le nationalisme et le militantisme au berceau. Alors qu'elle était étudiante en droit, elle répond à l'appel du FLN et rejoint le maquis en 1956,où elle a servi comme infirmière. Arrêtée par l'armée coloniale en avril 1957, elle a été jugée par une juridiction d'exception puis condamnée à une peine de cinq années de prison. Elle sera libérée en 1962 avec l'indépendance de l'Algérie. Meriem Belmihoub Zerdani a été de tous les combats émancipateurs, même après l'indépendance. Dans un long message de condoléances, le président de la République lui a rendu, hier, un vibrant hommage pour son courage et son abnégation. «Nous avons appris avec une profonde affliction, la triste nouvelle de la disparition de la moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani», a écrit le président dans son message, ajoutant «nous compatissons à la douloureuse perte de la moudjahida, avocate et activiste, mais également compagne des radieuses chahidate et vaillantes moudjahidate, ayant voué sa jeunesse pour la patrie».Dès son jeune âge, écrit le message, «le nom de la défunte a été inscrit au registre des combattantes et moudjahidate de la Glorieuse révolution, réalisant un parcours imprégné de courage, de sacrifice et de patriotisme». Et de poursuivre «Demeurant fidèle aux principes et idéaux ancrés en sa personne, car appris à l'école des héros et au sein même de sa cellule, dans la prison coloniale, notre soeur était connue pour son engagement patriotique et son attachement au message des chouhadas».
La regrettée, écrit le président, «a continué à faire don de soi avec abnégation à la tête des postes de responsabilité qu'elle a eu à occuper, élue au sein de l'Assemblée constituante en 1962, puis ministre et membre du Conseil de la nation. Elle a également mené, paix à son âme, ses activités dans son domaine de compétence juridique avec autant de conviction, de probité et de haut sens du nationalisme». Nous voilà aujourd'hui, adresser un dernier adieu à la défunte avec toute la considération que méritent les moudjahidate, nous nous remémorons ainsi fièrement l'honneur et la gloire de ses soeurs chahidate et moudjahidate», lit-on dans le message du président de la République.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.