Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



50000 Employés risquent le chômage
L'activité hôtelière fortement impactée
Publié dans L'Expression le 02 - 08 - 2021

Le durcissement récent des mesures de confinement partiel à domicile et la fermeture des plages, ont porté le coup de grâce au secteur du tourisme, déjà très mal en point. Sans évoquer la situation critique des agences de voyage, qui sont au chômage depuis plus de 18 mois, en raison de la situation sanitaire, ce sont les établissements hôteliers qui payent, aujourd'hui, le tribut de l'inconscience citoyenne.
Cette dernière est à l'origine du dernier durcissement des restrictions, dont la fermeture des plages, entre autres, en raison de la détérioration de la situation épidémiologique dans le pays. Synonyme de fin de saison estivale, la fermeture des plages dans les 14 wilayas côtières, première source d'activité des structures hôtelières, vient compromettre l'avenir de milliers d'employés relevant de ce secteur. En effet, le spectre du chômage plane sur plus de 50000 travailleurs du secteur du tourisme.
Un secteur déjà en perte de vitesse et de rentabilité, à hauteur de plus de 500 milliards de centimes depuis l'avènement de la pandémie en 2020.
Sans aucune mesure d'assistance financière pour soutenir le secteur touristique, la réactivation des mesures de confinement les a placés dans l'impasse.
Selon certains professionnels du tourisme, bien que la reprise des activités n'ait pas apporté les résultats escomptés, elle était une lueur d'assurance relative pour le secteur, notamment avec la reprise des vols aériens domestiques et le flux des vacanciers sur les villes côtières. Or, avec une deuxième saison estivale ratée, par les dernières restrictions sanitaires, le désastre financier risque d'être encore plus important.
Puisque, n'ayant pas enregistré le taux minimal d'occupation des chambres, qui n'a pas dépassé les 10%, il est impossible d'assurer l'équilibre des charges des établissements hôteliers, nous explique-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.