Aouchem, acte 2    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Coronavirus: au moins 5.223.072 morts dans le monde    Déclin du RND et recul du MSP    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    Le PT fustige le gouvernement    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    Le lourd défi des nouveaux élus    «Contre les inégalités et la discrimination»    La FAHB tiendra une AGEX prochainement    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    L'armée saisit plus de 3 quintaux de cannabis    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il reviendra», de Youcef Mahsas, sélectionné
Hope international film festival de Stockholm
Publié dans L'Expression le 25 - 08 - 2021

Le court métrage «Il reviendra» de Youcef Mahsas a été récemment sélectionné dans la compétition officielle au HIFF Hope international film festival de Stockholm (Suède) 2021. Un festival qui débutera le 10 septembre prochain. Une sélection qui vient s'ajouter à une longue liste.
En effet, après avoir été projeté en avant-première algéroise, le court métrage a été promu à voyager au Brésil, Portugal, en Egypte et aux Pays-Bas, mais aussi en Corse à la 14ème édition des Nuits Med. Il recevra d'ailleurs, une mention spéciale du court métrage au Maghreb Film Festival 2021. Sorte, en 2020, cette fiction de Youcef Mahsas a pour cadre l'Algérie de 1997.
Un couple et un fils
Salem, quadragénaire passe sa dernière journée dans son salon de coiffure, il compte arrêter définitivement son activité et vendre son local, à quelques instants de la fermeture, un homme et son fils Zaki 8 ans pénètrent dans le salon, le père insiste pour laisser l'enfant avec Salem lui expliquant qu' il a quelque chose d'important à faire et qu'il reviendra le chercher juste après.
Salem commence à couper les cheveux du petit tout en discutant avec lui, quand soudain une forte explosion retentit, un attentat terroriste vient d'être commis dans une rue voisine, à la tombée de la nuit, le père n'est toujours pas revenu, Salem se retrouve seul avec Zaki...
Le film a pour têtes d'affiche Slimane Benouari dans le rôle du mari et Souha Oulha dans le rôle de l'épouse, mais aussi Nazim Benaidja, Ouahid Achour et Mohamed Bendaoued.
Un drame très touchant
Le couple qui n'a pas d'enfant ne sait quoi faire d'autant que l'enfant qu'il garde, est persuadé que son père va revenir. Dilemme.
Le couple se met à s'attacher de plus en plus au petit...Un très beau film émouvant réalisé dans une mise en scène bien minimaliste où l'intérieur, principal appui au décor, insuffle une certaine chaleur affective au film qui tourne autour du foyer et du salon de coiffure où travaille le père...Ainsi, nous sommes transposés implicitement à l'intérieur de l'écran pour suivre le quotidien de cette famille, où va se dessiner une forme de drame au fur et à mesure que le temps passe et la pression autour du couple monte.. Malgré sa temporalité historique, le film a quelque chose de suranné dans les couleurs et les lumières ce qui fait de lui un film universel de par sa dimension humaine qui rappelle la commedia dell'arte italienne de par son côté théâtral. Non pas que cela soit péjoratif, mais, au contraire, ceci impute à cette histoire une certaine épaisseur émotionnel vraie et authentique. Une sorte de candeur mélangée au tragique. Où quand innocence contraste avec la maturité et fait jaillir des moments de poésie inattendus.
Une ambiance de tendresse qui épouse très bien ce côté feutré qui dessine les contours de cette histoire si profondément lyrique et quasi poétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.