La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Lion d'or pour la Française Audrey Diwan, les femmes à l'honneur
Mostra de Venise
Publié dans L'Expression le 13 - 09 - 2021

Son film L'événement?, adapté du récit autobiographique éponyme de la romancière Annie Ernaux, se déroule dans la France des années 1960, avant la légalisation de l'avortement. Le même message, à deux mois d'intervalle.
La Mostra de Venise a envoyé un nouveau signal féministe en décernant à l'unanimité son Lion d'or à la réalisatrice Audrey Diwan, pour un film cru et intimiste sur l'avortement, L'événement, et ce après la Palme d'or décernée à une autre Française. «Malheureusement, quand vous travaillez sur l'avortement, vous êtes toujours dans l'actualité», a déclaré en recevant son prix la réalisatrice française de 41 ans, qui a dit avoir «fait ce film avec colère et désir». «Je voulais que ce soit une expérience», un «voyage dans la peau de cette jeune femme», a ajouté celle qui succède à la Sino-Américaine Chloé Zhao, 39 ans, couronnée l'an dernier pour Nomadland avant de triompher aux Oscars.
«Quelque chose est en train de changer»
Quatre ans après l'affaire Weinstein et le début du grand examen de conscience du 7e art, l'ouverture très progressive des palmarès les plus prestigieux aux réalisatrices se confirme: en juillet, le festival de Cannes avait donc distingué une jeune réalisatrice française, Julia Ducournau, 37 ans, Palme d'or avec l'ovni Titane, un film féministe qui dynamite à sa façon les frontières entre les genres. «Quelque chose est en train de changer. Une femme a gagné l'Oscar, une femme a gagné la Palme d'or, une femme a gagné le Lion d'or. Ça signifie forcément quelque chose, ça ne peut pas être le hasard», a souligné Audrey Diwan. Son film, adapté du récit autobiographique éponyme de la romancière Annie Ernaux, se déroule dans la France des années 1960, avant la légalisation de l'avortement. Il montre le parcours d'une jeune étudiante qui tombe enceinte, interprétée par la Franco-Roumaine Anamaria Vartolomei. C'est le deuxième film d'Audrey Diwan, romancière et journaliste française d'origine libanaise, qui a cosigné le scénario de plusieurs films dont Bac Nord ou La French de Cédric Jimenez, puis est passée à la réalisation (Mais vous êtes fous). Elle devient la quatrième réalisatrice à recevoir le prix le plus prestigieux à Venise depuis l'an 2000.
Campion et Maradona
Dans le reste du palmarès, plusieurs films sont marqués par ces questions: c'est le cas du Pouvoir du Chien, de Jane Campion, qui a permis à la Néo-Zélandaise de remporter le Prix de la meilleure réalisation, vingt-huit ans après sa Palme d'or pour La leçon de piano.
Le film, huis clos étouffant dans un monde de cow-boys, avec Benedict Cumberbatch et Kirsten Dunst, aborde la question de la masculinité exacerbée et toxique. «Un mur de Berlin est en train de tomber», a déclaré Jane Campion, à propos de la présence des femmes au palmarès. Diffusé par Netflix, ce film ne devrait pas sortir en salles en France, tout comme un autre lauréat du palmarès établi par le jury du Sud-Coréen Bong Joon-Ho (Parasite): Paolo Sorrentino. Le réalisateur italien a décroché le Grand Prix pour La Main de Dieu, sur son enfance à Naples, à l'époque du footballeur Diego Maradona, brisée par la mort de ses parents.
Le retour de la Mostra
L'influence des plates-formes de vidéo, sorties renforcées de la pandémie face aux grands studios, se mesure une nouvelle fois au palmarès de cette 78e Mostra.
Le jury a décerné le Prix de la meilleure actrice à Penélope Cruz, pour son rôle dans Madres Paralelas, de Pedro Almodovar, qui continue avec son actrice fétiche à célébrer la force des femmes et des mères face à des hommes lâches ou absents. Chez les acteurs, le jury a distingué le Philippin John Arcilla pour son rôle de journaliste en quête de vérité dans On the Job 2: The Missing 8. Après une édition 2020 en demi-teinte, marqué par la pandémie et un manque de films marquants en compétition, la Mostra de Venise, le plus ancien des festivals de cinéma au monde, a retrouvé tout son lustre. Et son influence s'est une fois de plus mesurée à l'aune des stars américaines, qui se sont pressées sur le tapis rouge du Lido, devenu au fil des années une rampe de lancement avant la saison des Oscars. Matt Damon et Ben Affleck ont monté les marches pour Le dernier Duel, de Ridley Scott, quelques jours après les vedettes de Dune: Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac et Javier Bardem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.