153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ça bouillonne de nouveau dans la santé
Les auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation en grève, ce 21 septembre
Publié dans L'Expression le 14 - 09 - 2021

Après la trêve de la 3e vague, le secteur de la santé de nouveau sous la menace des grèves. Ce sont les auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation qui reviennent à la charge. Ils viennent de déposer, au niveau de leur tutelle, un préavis de grève de 3 jours, à compter du mardi 21 septembre prochain. «Cette nouvelle grève vient dénoncer le fait que le ministère de la Santé n'ait pas tenu ses engagements par rapport à nos revendications socioprofessionnelles», assure, Amine Bendali, président du Syndicat national autonome des auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation de santé publique, joint, hier, par téléphone. Ce syndicaliste rappelle que le conflit dure depuis presque 2 ans.
«Nous avons eu plus de cinq réunions avec la tutelle, des PV ont été signés. On pensait que cela allait aboutir à des résultats positifs, en vain!», souligne-t-il, non sans qualifier la situation actuelle de pourrissement. Amine Bendali tient à rappeler le rôle important joué par les auxiliaires médicaux en anesthésie et réanimation, notamment durant cette pandémie de coronavirus.
«L'Algérie souffre d'un manque flagrant de médecins spécialistes en réanimation. Ce qui fait que nous sommes obligés de les suppléer, voire d'accomplir certains de leurs actes, particulièrement en cette période de pandémie», avoue-t-il. «Mais nous n'avons aucune valorisation ni protection juridique», atteste-t-il. «On demande ainsi la révision de la clause 175 de la loi sanitaire de 2018, qui interdit aux auxiliaires médicaux en anesthésie-réanimation de santé publique d'établir une prescription médicale, alors que l'article 20 du statut particulier 11-235 les autorise à le faire», ajoute-t-il, non sans réclamer la création d'un conseil de l'ordre afin de mieux encadrer l'exercice de la profession.
Néanmoins, le président du Snaamarsp, estime que les urgences sont dans la concrétisation de la promotion de grade décidé par l'ancien Premier ministre, Abdelaziz Djerad, en décembre 2020. «Presque un an après, cette décision gouvernementale n'a pas été appliquée», fait-il savoir.
En outre, les auxiliaires en anesthésie réclament le versement, en «urgence», de la 5e et la 6e tranche de la prime Covid-19. «On est à la veille de la rentrée sociale.
Les prix flambent, on a des familles que l'on doit habiller et nourrir. Je pense qu'après nos sacrifices, on mérite amplement notre dû», soutient-il, avec beaucoup de désarroi. L'autre «urgence», que met en exergue ce syndicat aux 4500 membres, est la révision du statut particulier. «Sur instruction du président Tebboune, la tutelle a ouvert des discussions le 8 juillet dernier. On attend que les choses s'accélèrent afin d'adopter, au plus vite, un nouveau statut», rétorque-t-il. Amine Bendali insiste également sur le gel des concours d'accès à cette spécialité paramédicale. «98% de ceux qui sont appelés à le passer, ne veulent pas en entendre parler avant que le nouveau statut soit adopté», affirme-t-il. Une lettre a été envoyée au ministère de la Santé pour qu'il soit «gelé». «On demande l'ouverture d'un Institut national académique de l'auxiliaire médical en anesthésie-réanimation de santé publique avec une formation en externe (bac+5), et la revalorisation du diplôme de tous les auxiliaires médicaux en anesthésie-réanimation», conclut-il espérant que la tutelle ne fera pas la sourde d'oreille. Car, ce n'est pas la première grève du genre organisée par ce corps. Depuis 2 ans, ils organisent des débrayages cycliques pour les mêmes revendications soumises aujourd'hui. Une réunion de concertation est prévue pour demain.
Une solution rapide doit être trouvée afin d'éviter le retour des grèves dans un secteur aussi névralgique que la santé...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.