Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'excellence a une adresse
Visite de l'Ecole nationale préparatoire aux études d'ingénieur de Rouiba
Publié dans L'Expression le 15 - 09 - 2021


Malgré ses airs de caserne, elle fait rêver de plus en plus de jeunes. Il s'agit de l'Ecole nationale préparatoire aux études d'ingénieur (Enpei) de Rouiba. Ouverte en 1998, elle est devenue, au fil du temps, une référence nationale en matière d'enseignement supérieur. Au point d'être considérée comme la meilleure «prépa» aux grandes écoles du pays. Ce qui fait que les places y sont de plus en plus chères. «Il faut avoir d'excellentes notes en mathématiques et physique pour espérer être présélectionné au concours d'accès», souligne le directeur de l'école, le général Moussaoui Djelloul. Le même responsable précise que la moyenne d'accès la plus basse enregistrée, cette année, a été de 17.05. Ce qui montre le grand engouement des meilleurs bacheliers du pays pour l'Enpei. Selon les aveux des responsables de cette école, ils reçoivent chaque année des dizaines de milliers de candidatures. Les habitants de la ville de Rouiba peuvent en témoigner. Chaque année, à l'ouverture des inscriptions, les routes sont complètements bouchées par le nombre impressionnant de personnes venues déposer leurs dossiers. Filles et garçons sont prêts à embrasser toute une carrière militaire pour peu qu'ils puissent rejoindre cette école de prestige. Quand on visite ce pôle d'excellence, on com-prend très vite les raisons d'un tel succès. Hier, le commandement de l'Armée nationale populaire (ANP) a ouvert les portes de l'Enpei à la presse nationale. Une visite guidée où l'on découvre un monde où seuls le travail et la rigueur font loi. Derrière le beau portail en fer forgé, bien gardé par des soldats en uniforme, on a l'impression d'être dans un campus universitaire en Corée ou au Japon. Tout est bien ordonné. Chaque chose est à sa place. Rien ne semble perturber ces étudiants qui ont repris les cours depuis une dizaine de jours. Comme des robots, ils sont concentrés sur leur travail, rien que leur travail. Notre présence ne les fait pas sourcilier. «Ils sont bien dans l'esprit de compétition où il faut toujours être au top pour réussir», souligne fièrement le colonel Bellabès, responsable des études. Car, il n'y a presque pas de place à l'échec à l'Enpei. Ceux qui n'arrivent pas à suivre le rythme, ou ont une moyenne en dessous de 9 sur 20 sont carrément exclus. «Ceux qui ne réussissent pas, soit ils ont fait preuve d'un grand laisser-aller, soit ils ne sont pas faits pour des études d'ingéniorat», lâche sèchement le même responsable avant de mettre en avant tous les moyens mis en place par le haut commandement de l'ANP pour les élèves de l'Enpei. Il faut avouer, qu'au-delà du programme bien ficelé, qui allie cours et loisirs, il y a un matériel dont les grands laboratoires de recherche du pays ne disposent pas. Tels que les lasers dernière génération au niveau des laboratoires de physique et chimie ou encore les scléromètres hautement sophistiqués. «Le MDN ne lésine pas sur les moyens pour actualiser ce matériel en fonction des avancées technologiques», soutient le directeur de l'école. Les étudiants, encore en préparation, peuvent ainsi, dès leurs premières années d'études supérieures, s'acclimater avec les matériels de recherche de haute technologie. Une chance, pour eux, que l'on ne trouve pas ailleurs. Surtout que les responsables pédagogiques ont fait que, durant ce tronc commun, ils puissent toucher à toutes les spécialités et autres modules qui leur seront utiles durant toute leur carrière. À titre d'exemple, en plus des mathématiques et de la physique, ils ont des cours de langues et de communication. Ce qui leur permet de se perfectionner et d'apprendre à communiquer ou tenir une réunion. Ceux qui éprouvent des difficultés ont droit à des cours de soutien accélérés qui leur permettent de rattraper leur retard dans les langues. Un programme des plus chargés qui fait de cette «Prépa» l'une des plus longues au monde, avec 3 années d'études avant de pouvoir accéder aux grandes écoles militaires d'ingéniorat du pays. À cela, il faut ajouter le fait qu'ils bénéficient d'une vraie formation militaire avec tous les avantages que cela comporte. Il faut aussi dire qu'il fait «bon-vivre» dans cette école, où, de l'aveu des anciens élèves, on ne voit pas passer les 3 années. Certains ont même, encore, la nostalgie de l'Enpei avec ses belles infrastructures sportives (piscine semi-olympique, salle de sport, stade...), cinéma, médiathèque, salle de repos, bibliothèque aux milliers de publications...Bref, un endroit où toutes les conditions sont réunies pour bien réussir ses études. Bienvenue au pôle de l'excellence...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.