Les procès de Condor et de Hattab reportés    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Ça gaze pour le pétrole !    Tir déplore la sous-facturation pratiquée par certains exportateurs    Enième coup d'Etat militaire    Beldjoud réaffirme le soutien de l'Algérie au Niger dans la formation et la modernisation de l'administration    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Trois gros chocs pour lancer le bal    Simple formalité pour les Algériennes    Le cri d'alarme de Benbouzid    362 associations s'impliquent    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    Projet de Loi de finances 2022: L'Etat renonce aux bénéfices générés par Sonatrach et Sonelgaz    Couverture et qualité de services: Les trois opérateurs de téléphonie mobile mis en garde    CAF - Coupes d'Afrique: Un beau tir groupé des Algériens    JS Kabylie: Une qualification méritée    Véhicules importés: Régularisation exceptionnelle    Une question d'Etat de droit    Huit blessés dans 2 collisions    Infiltrations d'eau dans des maisons    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien ministre Hattab reporté    Cour de Blida: Le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    La culture se perd    Salah dans l'histoire de la PL    Une cinquantaine d'accords déjà signés    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    Séminaire international sur la cause sahraouie le 28 octobre par visioconférence    Ross impute au Maroc la pleine responsabilité    Algérie télécom gâte Béjaïa    Explosion dans une usine clandestine    Pour quelques gouttes de plus...    Un nouveau procès le 6 janvier prochain    Quand les robes noires...    Un renvoi et ensuite ?    4/4 Pour les Algériens    Le Mali expulse le représentant de la Cédéao    L'ambassadeur d'Algérie à Paris rend visite à L'Expression    Le président Tebboune salue l'initiative    La nouvelle frontière de l'humanité    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Sahara Occidental-pays arabes: Des principes à deux vitesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une stèle érigée à sa mémoire
Le colonel Ali Mellah À l'honneur, hier, À M'kira
Publié dans L'Expression le 19 - 09 - 2021

La commune de M'kira a rendu un vibrant hommage au colonel Ali Mellah, hier, à l'occasion du 63ème anniversaire de la création du Gouvernement provisoire de la République algérienne, qui coïncide avec la date du 18 septembre. Pour la circonstance, la famille révolutionnaire, ainsi que les responsables de la direction des mou-djahidine de la wilaya de Tizi Ouzou, ont inauguré une stèle à la mémoire de ce grand homme qui a été, avec le capitaine Ahmed Chaffaï, derrière la structuration de la wilaya vi historique. Les deux hommes connaissaient bien la région des Hauts-Plateaux. Alors que le premier, Ali Mellah, imam, connaissait la région, Ahmed Chaffaï, commerçant, avait exercé dans les wilayas des Hauts-Plateaux, dont Médéa.
En fait, Ali Mellah est né le 14 février 1924, au village Taka, dans la commune de M´kira, daïra de Draâ El Mizan. Il reçut une solide formation, en langue arabe, de la part de son père, qui exerçait comme imam. Ses premiers pas en politique débuteront en 1945, date à laquelle il adhère au PPA (Parti du peuple algérien) où il sera nommé chef de secteur de sa région en 1946.
En 1947, il intègre l´Organisation spéciale, une branche clandestine de combat du PPA et prend part à son congrès, à Blida les 16, 17 et 18 février 1947. Convaincu que l´Algérie ne pouvait se défaire du joug colonial que par les armes, Ali Mellah se lance dans la sensibilisation à la cause du Mtld (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). Quand la campagne électorale de 1947 arrive, le jeune Ali est identifié par la police colonialiste qui commence à le rechercher. Fuyant les poursuites de la police française, il sera affecté à Tigzirt-sur-Mer.
Dans les années 1948-49, il enseigne à Aïn Bessem, où il sera encore pourchassé pour ses activités politiques clandestines. Il revint à Dellys où il exerce la responsabilité de chef de région avant d'être affecté, en 1952, à Ouadhias, Sidi Naâmane, Tigzirt et Azazga. Et c'est dans ces dernières régions qu'il prendra part aux actions du déclenchement de la guerre de Libération nationale. Il commandera, d'ailleurs, lui-même, les opérations de Azazga, dans la nuit du 1er Novembre. Le 14 novembre, ses hommes tuent 14 soldats français.
Connu sous le nom de guerre de Si Chérif, Ali Mellah est réputé pour son sens aigu de l'organisation. Le 25 janvier 1955, Ali Mellah dirigera une opération de récupération d'armes, réussie, et en dotera ses régiments. Ali Mellah sera envoyé en repli à Aïn El Hammam, à cause d'une blessure à la jambe. En novembre 1955, il réussit un assaut contre le poste militaire français de la même région, avant d'être affecté à Tizi Ouzou pour assurer l'intérim de Amar Driss.
Ayant fait un rapport détaillé sur les régions du Sahara au congrès de la Soummam, il sera, en effet, affecté, avec le capitaine, Ahmed Chaffaï, pour assurer la structuration militaire de la wilaya. Il entreprend, dès septembre 1956, sa mission, en commençant par la dynamisation de l'organisation politico-administrative et la formation des groupes armés qui commenceront, ainsi, à attaquer l'armée coloniale à travers le territoire du Sahara. Ali Mellah a été assassiné par un de ses hommes, à Oued Bedj, douar Haïdouria, djebel Chaoun, commune de Tarek Ben Ziad, situé actuellement, dans la daïra de Miliana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.