Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Anie et l'imbroglio politique des locales
L'opération pré-électorale face aux contraintes
Publié dans L'Expression le 17 - 10 - 2021


L'actualité géopolitique nationale, en relation avec l'évolution de la scène internationale et régionale, a relégué aux seconds plans le processus électoral en cours. L'érosion du pouvoir d'achat, les annonces présidentielles de grande importance, celles relatives aux revalorisations des revenus des ménages (IRG et point indiciaire), la guerre déclarée à la spéculation, l'escalade franco-maroco-algérienne, les révélations des anciens gouvernants à la faveur de l'ouverture de leurs procès respectifs, autant d'événements-accélérateurs qui ont joué en défaveur d'une valorisation de ce rendez-vous haut en symboliques et en valeurs. Du coup, l'attrait pour les prochaines élections locales et de wilayas s'en trouve complètement noyé et risque, même, de connaître un véritable revers. Un luxe que nous ne sommes pas censés nous offrir, d'autant que le spectre de l'abstention n'est toujours pas balayé. En sus, ce décor, presque délétère, se voit accentuer par les annonces, ou plutôt par les «complaintes» des nombreuses formations politiques, peinant à souscrire aux formalités légales, en vue de confectionner les listes de candidats pour ces joutes électorales. En effet, nombre de partis politiques ont fini par jeter l'éponge, face aux contraintes liées à la confection des listes électorales. Du MSP, qui nous a habitués à crier au détournement de ses voix, fort, soit-disant, de son assiette électorale confortable, le FLN, omniprésent dans l'Algérie profonde, le RND, qui n'avait aucune difficulté à asseoir son autorité politique territoriale, jusqu'aux autres formations politiques islamistes, comme celle de Djaballah, le résultat est effarant. Par ailleurs, beaucoup de listes des indépendants ont également déclaré forfait, face aux difficultés rencontrées dans la collecte des signatures pour leurs candidatures respectives. S'il est vrai que l'Autorité nationale indépendante des élections avait réussi ses précédents paris électoraux, celui à venir semble constituer un enjeu majeur supplémentaire, qui pourrait mettre sur le grill, autant sa crédibilité que son autorité politique même. Loin d'être une vue de l'esprit, nous sommes, là, face à un véritable imbroglio de marketing politique, que l'Anie semble dans l'incapacité de résoudre. Proposer des solutions, c'est aussi cela son rôle. En effet, dotée, pourtant, d'une autonomie de gestion, de statuts juridiques à même de la réconforter dans son rôle de gérant principal et exclusif de l'opération politique électorale, l'instance de Charfi peine à prendre les initiatives pour lesquelles elle a été créée. Cela étant, les fonds précieux qui lui sont alloués, en plus de l'encadrement du processus politique, devraient lui permettre d'élaborer des stratégies top et adaptées, en matière de communication institutionnelle et sociale. Or, pour le moment, à bien regarder les affiches concoctées et surtout le slogan mis au point par l'Anie, on est très loin des objectifs et des stratégies escomptés. Il est évident que les équipes chargées de la stratégie de communication et de marketing politique de cette instance nationale des élections, sont complètement détachées du réel des Algériens. De l'avis de certains observateurs, au fait de la chose politique, «la confection de l'affiche et du slogan de l'Anie, pour ces élections locales, n'obéit à aucun critère scientifique... On serait très intéressé d'écouter ceux qui ont eu l'idée de concevoir ce slogan, en quoi il devrait accrocher les Algériens... Dans pareilles entreprises, il s'agit de prendre en considération les paramètres scientifiques de la psychologie sociale... Il faudrait, pour cela, disposer des profils psychologiques de l'électeur algérien, mais aussi d'une typologie actualisée de ses facettes sociales psychologiques...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.