Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une loi pour protéger les institutions
Violation du secret d'Etat
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

Pour la seconde fois, l'ancien conseiller et frère de feu Bouteflika, a affirmé détenir des informations qui «ébranleraient l'Etat». Rien de moins. Mais il faudrait d'abord trouver l'audience qui sied à pareil déballage. Les juges n'ont pas réagi à ce genre de menaces parce qu'ils savent qu'il joue à l'intimidation pour alléger les peines requises à son encontre. Parmi les gens qui ont réagi, on retrouve l'ancien ambassadeur, Abdelaziz Rahabi, qui propose carrément une loi pour protéger les secrets d'Etat et dénonce un «souk informel aux informations sensibles».
En effet, si une personne donnée qui avait occupé de hautes fonctions prenait la poudre d'escampette, pour échapper aux poursuites pour «mauvaise gestion» ou «enrichissement illicite», se mettait à parler, pour un passeport ou une quelconque protection, en divulguant des secrets d'Etat, quelles en seraient les conséquences pour pareilles révélations sensibles qui «pourraient constituer un risque pour la sécurité et la défense de notre pays?», comme l'a relevé Rahabi.
Les exemples ne manquent pas, comme le cas Bounouira Guermit, l'ancien secrétaire particulier de feu Gaïd Salah ou le colonel Benmiloud Othmane qui furent rapatriés puis jugés par le tribunal militaire de Blida pour divulgation de secrets d'Etat. Comme il y a des généraux et des personnalités, très au fait des secrets économiques et de défense, qui courent toujours dans des contrées lointaines. Il y a aussi les divulgations de haute importance qui peuvent être faites, par la voie des réseaux sociaux, quand leurs auteurs ignorent les conséquences pour la sécurité de leur nation, etc. Pareille loi, si elle est votée par le Parlement, ne devrait en aucun cas brimer les gens ni entraver la liberté d'informer parce que les tenants du tout-déballer peuvent avoir des appréhensions, toutefois justifiées, de mettre des garde-fous aux journalistes et chercheurs pour les faire taire.
En temps de cybernétique à outrance, tout est bon à balancer sur les réseaux sociaux, ne serait-ce que pour épater les amis et récolter les «aime» de ceux-là même qu'on ne connaît pas. C'est dire combien les gens prennent peu de précautions pour la sauvegarde de la Sécurité nationale.
Ce matin, j'ai eu à lire un texte révoltant fait par une dame qui cachait son visage. Elle dit en substance que pendant son séjour au sud du pays où elle enseignait, ses responsables lui demandaient de baisser les notes pour ne pas donner des chances à ses étudiants de percer dans les hautes études. Quel serait l'objectif de pareille révélation si la source n'était pas anonyme? Est-ce qu'on balance pareille vacherie pour simplement créer des suspicions chez les gens du Sud qui ont déjà un tas de problèmes à résoudre? Est-ce un appel à la sédition, pour reprendre le terme qui sied? À longueur de journée, on lit des fake-news qui peuvent nuire à la stabilité du pays et ses institutions sans que leurs auteurs sachent évaluer les conséquences qui en découleraient. Le Code pénal suffirait pour ce genre de dépassement. Mais une loi qui protège le «secret défense» est tout à fait autre chose. Pour ne pas confondre les choses, pareille loi, si elle venait à être élaborée, consiste à protéger l'Etat et ses institutions des dérapages possibles. Elle consiste à faire réfléchir, par deux fois les protagonistes, ceux qui s'aventureraient à divulguer des secrets qui pourraient nuire à la sécurité de leur Etat. En posant des balises juridiques claires, on mettrait à l'abri et les institutions et la sécurité territoriale, comme dans les autres pays soucieux de leur souveraineté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.