Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»
Le Capitaine Nassim Bernaoui, chef du bureau de l'information de la Protection civile, à l'Expression
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

L'Expression: Bonjour capitaine, les Algériens s'apprêtent à fêter le Mawlid Ennabawi Echarif. Cette fête risque-t-elle d'être encore gâchée par l'utilisation des jeux pyrotechniques?
Capitaine Nassim Bernaoui: Effectivement, chaque année, les services de la Protection civile sont aux aguets durant cette fête, à cause des accidents liés à l'utilisation de ces jeux pyrotechniques. On recense, durant la fête célébrant la naissance du prophète Mohammed (Qssl), des centaines d'accidents à travers le territoire national, surtout que ces dernières années, les pétards ont connu une évolution terrible. Ils ressemblent à de véritables arsenaux de guerre! On trouve, malheureusement, sur le marché, des pétards de toutes les tailles qui font des bruits semblables à ceux des bombes. Leur déflagration n'est pas sans danger, puisqu'elle peut provoquer des blessures graves qui peuvent aller jusqu'à la perte d'un membre ou l'un des cinq sens, ce qui fait que la loi interdit leur vente et utilisation. Mais on constate que certains n'hésitent pas à les utiliser dans des batailles rangées entre quartiers durant ce qui est censé être une fête de la spiritualité.
Justement, quels sont les accidents les plus fréquents?
Comme je l'ai dit, il y a souvent des batailles de quartiers qui finissent par de grands drames avec de graves brûlures liées à la projection de pétards. Ces dernières années, même les fumigènes et les feux d'artifice sont utilisés dans ces «guerres». Ils provoquent des blessures graves qui vont jusqu'aux brûlures du 3e ou 4e degré. Les mains sont le plus souvent touchées mais on a déjà vu des personnes brûlées sur tout le corps. Les amputations de doigts, notamment chez les enfants ou jeunes adolescents, sont aussi très fréquentes. Certains ont même perdu la vue, suite à un de ces produits pyrotechniques lancés sur les yeux, alors que d'autres sont devenus sourds à cause des déflagrations qui percent les tympans. Cela, en plus d'autres accidents liés aux bruits qui peuvent engendrer des crises cardiaques chez les personnes fragiles ou des séquelles chez les femmes enceintes. Il y a également les incendies qui peuvent vite dégénérer. On a déjà vu des personnes perdre leur maison à cause de pétards ou fusées qui ont été lancés sur leurs balcons.
Vous rappelez-vous d'un accident de ce type, qui vous a choqué?
Oui, (répond-il avec une voix tremblante, Ndlr). Il y a de cela trois ou quatre ans, il y a eu un accident qui nous a terriblement choqués. C'était dans la wilaya de Relizane. Un enfant regardait par le balcon ses voisins en train de «célébrer» le Mawlid, avec ces produits pyrotechniques. Soudainement, un gros pétard est lancé dans sa direction. Pris de panique, il passe par dessus le rebord du balcon et décède sur le coup. (Avec la même voix tremblante, Ndlr): «L'année dernière, j'ai vu un enfant amputé des trois doigts à cause d'un pétard qui lui a explosé dans les mains, alors qu'il y a deux ans, un autre enfant,à Ténès, dans la wilaya de Chlef, a été brûlé au visage et a perdu la vue.» Ces accidents ne sont que de petits exemples parmi tant
d'autres. Les parents doivent donc réfléchir à deux fois avant d'acheter ce type de produits qui sont un réel danger pour leurs enfants.
Quels conseils donnez-vous aux Algériens?
Ecoutez, il n'y a pas de petits ou de grands pétards. Tous les types de produits pyrotechniques peuvent provoquer des accidents. Il faut vraiment éviter de céder à la pression de la société, car on achète chèrement du mal à nos enfants. Dans le cas où l'on cède, il faut vraiment que l'utilisation se fasse sous la surveillance des adultes, tout comme l'achat, afin d'éviter qu'ils n'achètent des bombes. Je conseille, aussi, aux citoyens de surveiller leurs enfants avant et le jour de la fête. Il faut contrôler leurs achats et éviter de leur donner de l'argent. Ils peuvent vous demander des sous pour acheter, par exemple, un
sandwich alors qu'ils les utiliseront pour se procurer des pétards. Donc la vigilance est de mise. Ils peuvent se blesser, blesser d'autres enfants ou encore brûler les biens d'autrui. Nous avons mené des campagnes de sensibilisation, ces dernières semaines, au niveau des écoles, pour montrer aux enfants les dégâts que ce type de célébration peut provoquer. Vendredi dernier, on a parlé aux parents au niveau des mosquées. On espère que ce Mawlid sera sans dégâts. Bonne fête à tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.