Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba
L'Algérie avait une dent contre Khartoum
Publié dans L'Expression le 23 - 10 - 2021

En 2011, j'ai publié un édito à El Khabar où j'ai qualifié Saddam Hussein de chahid. Quelque temps après je reçois une invitation d'une dame qui occupait le poste d'adjoint du ministre britannique des Affaires étrangères, en poste à Dubai, pour un déjeuner avec deux autres journalistes. Arrivé le premier au rendez-vous, je trouve une dame fort sympathique, la cinquantaine, à attendre ses invités dans un restaurant à Alger-Centre. D'emblée, je lui dis en riant: «Voilà que le Soudan a été divisé en deux; à qui le tour maintenant?». Elle n'a pas réagi à mon observation et on a continué à discuter avec sérénité sur d'autres sujets jusqu'à l'arrivée des deux journalistes et le débat s'est animé en prenant une autre tournure.
En effet, le Soudan venait de connaître sa sécession, suite au référendum populaire au Sud Soudan. Et Djouba est devenue la capitale d'un pays qui n'avait pas de structures; ni routes, ni villes proprement dites, ni administrations, enfin rien et l'Algérie est devenue le plus grand pays d'Afrique, suite au partage du Soudan.
Quelques jours plus tard, le Printemps arabe éclate en Tunisie et se termine par la fuite du président Ben Ali et l'instauration d'un régime démocratique. Le printemps arabe se répand très vite dans d'autres pays arabes. Et tout le monde retiendra le rôle qu'a joué Bernard-Henri Lévy (BHL) dans ce conflit qui s'est soldé par une guerre civile, toujours en cours à nos jours, l'assassinat de Maammar Gueddafi, dans sa ville natale Sirte, et l'installation du Conseil national de transition dirigé par Abdeldjalil. La «révolution» s'est étendue ensuite en Syrie, où elle court toujours, mais freinée très vite à Bahrein par les Saoudiens...
Pour revenir au Sud Soudan, dans la première phase, l'Algérie n'était pas en très bons termes avec Khartoum parce que Omar Hassan el-Béchir était supposé être un soutien des terroristes par Alger. On se souvient, à l'approche de l'Aïd quand l'ambassadeur soudanais avait avancé (dans une déclaration à El Khabar) que le prix du mouton du Soudan était beaucoup moins cher que celui de l'Australie et que son transport pouvait se faire par route, donc pas cher relativement à celui qui vient d'un continent très éloigné. Son appel n'a pas été entendu par Alger qui a, bien évidemment, soutenu le référendum du Sud Soudan.
Mais, depuis 2011, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et le Printemps arabe version 2019 a eu le dernier mot, en faisant tomber Omar Hassan el-Béchir et son remplacement par le Comité mixte (civils et militaires). Maintenant que les choses se stabilisent, Mme Haddadi annonce sur son compte Twitter qu'elle vient de remettre ses lettres de créance au président Salva Kir Mayadirt, auquel elle a transmis «les salutations fraternelles du président Abdelmadjid Tebboune».
Ainsi, il s'agit du premier diplomate algérien nommé à Djouba, depuis la création de l'Etat du Soudan du Sud, suite au référendum de janvier 2011. Haddadi avait suivi des études à Nice avant de rejoindre le corps diplomatique en occupant le poste d'ambassadrice au Kenya avant d'être désignée à Djouba, tout en cumulant les deux postes dans les deux pays voisins.
Le Soudan du Sud n'est pas encore sorti de l'impasse. En devenant le 64e Etat africain, ce pays est très convoité par les sionistes où ils sont entrés avec fracas, au grand dam des pays arabes. Jusqu'à aujourd'hui, à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud, où se trouvent les nappes de pétrole, cet espace est occupé par des tribus nomades depuis le XIe siècle, ce qui rend son exploitation difficile. Ajouté à cela l'absence de règlement entre les deux pays sur le sujet.
La présence algérienne dans ce nouveau pays permettra aux deux pays d'établir de bonnes nouvelles relations, pour ne pas laisser le terrain libre aux parties hostiles, comme cela s'est produit récemment avec l'Union africaine quand Israël a obtenu la qualité d'observateur dans une partie du monde qui ne la concerne pas. N'était-ce l'intervention de l'Algérie, cette entité serait devenue partie prenante dans les grandes décisions de l'UA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.