L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Words in Graphic ou le monde autrement
Une exposition de toiles de Karima Mouzaoui
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021


«Words in Graphic», une exposition de toiles de Karima Mouzaoui, réalisées sur tablette digitale, a été inaugurée, se tient actuellement à Alger, dans un élan expressionniste immortalisant différentes émotions, proposées aux regards des nombreux visiteurs présents. Visible jusqu'au 28 octobre à la section des sciences humaine du Centre culturel universitaire, sis rue Boualem-Aissaoui (à proximité de la mosquée «El Rahma»), cette première exposition dans la carrière de Karima Mouzaoui, compte 35 oeuvres numériques réalisées dans un élan de créativité prolifique et imprimées sur des toiles au format unique de 18 cm X 18 cm. D'une oeuvre à une autre, l'artiste déploie des états animiques et des humeurs tourmentées, fixant des moments de vie éphémères, desquels elle extrait des émotions intenses pour les laisser en suspens à la disposition du visiteur qui prolonge leur genèse et se les approprie en y projetant son propre vécu. Ces instants intimes au départ, traduits dans un acte créatif personnel, deviennent vite des expériences communes, livrées par un trait hautement esthétique dans de belles poésies muettes que chacun saura interpréter car dictées par un même imaginaire collectif construit par l'adversité d'un même quotidien. Moment de partage avec le public, ces dessins digitaux qui expriment leurs propres vérités en opposant le noir au blanc, suscitent des émotions comme la tristesse, la douleur, la déchéance, le chaos, et l'euphorie, entre autres. Parmi les toiles exposées, ´´Death´´, ´´Fall´´, «Since that Fight», «Ending things», ´´Djedou», «My heart is yours», «Leak», «Can't face my face», «Empty», «Hurry up», «Ocean of happiness», «Wrong», «Out», «Sleep forever», «There will be blood», «Show me your love», «We are not right», «Bright eyes», «Kali». Née en 2000 à Alger, Karima Mouzaoui, a manifesté de grandes aptitudes pour le dessin et la peinture dès son jeune âge, exerçant sa passion avec crayons, fusain, de l'aquarelle, de la peinture acrylique ou à huile sur différents supports, notamment sur le papier et la toile. Autodidacte, elle s'imprègne durant son parcours de formation de grands noms de plasticiens expressionnistes, à l'instar du regretté Abdelouahab Mokrani (1956-2014), Alfons Mucha (1860-1939) et Otto Dix (1891-1969). S'inspirant de la poésie, la littérature et la musique, elle illustre ses dessins avec des textes pour «mieux exprimer les émotions de ses personnages» dans une démarche créative qui se veut, selon elle, une «quête sur le graphisme dans l'expression, en symbiose avec le thème choisi». Alliant rationalité et esthétique, Karima Mouzaoui, jeune artiste promise à une belle carrière et, par ailleurs, étudiante en génie civil à l'université des sciences et technologies Houari-Boumediène, pratique son art avec le souci permanent de «créer la complémentarité entre le texte et le dessin» ajoute-t-elle dans son document de présentation. Publiant ses travaux sur les réseaux sociaux et autres plates-formes sur Internet, elle a réalisé, entre autres en 2021, les couvertures numériques des chansons diffusées en ligne «Forest» et «Fool» respectivement de Chekbo et «The Rise Of The Fool», deux artistes algériens établis en France et en Turquie. Karima Mouzaoui prépare déjà une autre exposition qu'elle «révélera au public le moment venu»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.