Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Préservons notre mémoire!»
Salah goudjil dans une conférence sur l'histoire
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2021

Le Conseil de la nation a organisé une conférence parlementaire sur l'histoire du mouvement de Libération nationale. La conférence a été caractérisée par la participation de hauts cadres civils et militaires de l'état.
Le thème de la conférence a été sciemment choisi pour coïncider avec le 67e anniversaire du déclenchement de la glorieuse révolution du 1er Novembre 1954.
Le conférencier n'est autre que le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, qui a préféré se mettre dans l'habit du moudjahid et un acteur de cette période du mouvement de Libération nationale.
L'acteur de cette période charnière a rappelé à l'auditoire que ce que vit l'Algérie, aujourd'hui, et les menaces qui la guettent renforcent l'idée du «retour sur la voie de Novembre dans son authenticité et dans ses principes fondateurs». Pour le conférencier, Novembre ne devrait pas être vu comme une période et une étape, relevant d'un passé glorieux uniquement. Il précise à ce propos que «le mouvement de Libération nationale en général, et le 1er Novembre, sont une boussole qui nous oriente vers l'avenir avec des pas sûrs dans la perspective de la consolidation de notre indépendance et souveraineté nationales».
Le conférencier est revenu sur la question des chiffres qui ont trait au nombre des Algériens et des Algériennes qui ont été tués par la machine coloniale. Il s'est référé aux statistiques de l'époque pour situer les crimes et parcours qu'avait traversés la révolution de Novembre, et les étapes qui ont jalonné cette dernière, en arrivant à la période phare et décisive de cette révolution, à savoir les négociations d'Evian et la déclaration de l'indépendance de l'Algérie.
Salah Goudjil a essayé à travers sa conférence, d'apporter un témoignage concret de cette période de début de la rupture avec le système colonial français, les tueries coloniales depuis 1830 à 1962, en concluant que le chiffre de 5600000 est un chiffre réel.
La période des années 40 du siècle écoulé a été disséquée par le conférencier, il a abondé dans le sens relatif à l'émergence de la conscience nationale et le début de la rupture avec l'ordre colonial et la mise en branle du mouvement armé, après les tentatives de résoudre la question coloniale, en recourant à la politique à travers le mouvement national dans son ensemble. Le conférencier est revenu sur les premiers balbutiements de la révolution, en rappelant le rôle de l'Organisation spéciale (OS) en 1947 et son mérite dans le dégel de la crise du mouvement national en général et la crise du PPA-MTLD, en particulier.
Salah Goudjil a rappelé le rôle déterminant qu'a joué le martyr, Mustapha Benboulaïd, lors de la crise entre les messalistes et les centralistes.
Cette figure de proue de la Révolution nationale a apporté une contribution considérable et prépondérante dans le déclenchement de la révolution du 1er Novembre 1954.
Le conférencier a révélé un élément concernant le martyr, Mustapha Benboulaïd, il a fait allusion à l'intermède de 4 mois entre le mois de juillet et l'heure fatidique du déclenchement du mouvement armé un certain 1er Novembre 1954.
À ce propos, Salah Goudjil a souligné que «c'est Mustapha Benboulaïd qui a présidé le groupe qui allait essayer de trouver une solution à la crise qui frappait le PPA-MTLD. Et c'est lui qui a décidé après avoir rencontré Messali en Belgique, de déclencher la révolution et de ne plus remettre les cotisations aux partisans de Messali et son parti».
Il a expliqué les dissensions qui ont marqué le début de la révolution et ses conséquences, en soulignant que «toute révolution connaît des situations de crise et d'impasse. C'est le propre d'une révolution, mais l'essentiel c'est le cap, celui du combat libérateur pour le recouvrement de l'indépendance».
Le conférencier a conclu, en réaffirmant que l'Algérie a obtenu son indépendance avec le sacrifice suprême, c'est ce qui explique aussi le retour des voix nostalgiques, ces derniers temps. L'Algérie s'inspire de Novembre, «l'Algérie d'être ou ne pas être», a conclu Salah Goudjil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.