Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Incontournable Algérie!
Relation avec la France, Union européenne et crise Libyenne
Publié dans L'Expression le 13 - 11 - 2021


Le «regret» exprimé, mardi dernier, par Emmanuel Macron a au moins une triple signification. Il y a d'abord la stricte dimension franco-française, en rapport avec la campagne électorale pour la présidentielle en France. Le président Macron qui s'est attaqué à l'Histoire de l'Algérie, mais également à son Etat en affirmant clairement que le «Hirak avait affaibli le régime». Visiblement très mal conseillé, il a misé sur les animateurs de la protesta de la place de République pour glaner les voix des binationaux franco-algériens. Il se trouve que ces activistes sont, en réalité, totalement coupés de la communauté algérienne établie en France. Or, dans son écrasante majorité, celle-ci n'a jamais suivi les aventuriers dont elle connaît les accointances avec les réseaux anti-algériens primaires. Bien au contraire, les Algériens de France, notamment ceux de l'époque à cheval entre la guerre de Libération nationale et les premières années de l'indépendance, réservent leur vote au candidat indirectement adoubé par Alger. Il existe un code non écrit et les électeurs franco-algériens s'y réfèrent dans leur comportement électoral. Macron doit pourtant parfaitement le savoir. La deuxième signification de la reculade du président français, tient à son statut de chef d'un Etat qui compte dans l'Union européenne et de surcroît appelé à en présider les destinées à compter du premier janvier de l'année prochaine. Il est entendu que les autres pays de l'Union européenne à l'image de l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne ne peuvent pas envisager une telle contrariété sur le flan sud de l'UE. Que l'UE soit représidée par un pays en froid avec l'Algérie au point de ne plus avoir de relations diplomatiques est une ineptie pour les poids lourds de l'organisation européenne. Il est donc évident que les regrets du président français ont une relation directe avec une interpellation de ses partenaires immédiats qui voient d'un très mauvais oeil une sérieuse brouille avec Alger, pour des raisons d'ailleurs sans rapport aucun, avec l'Europe et encore moins avec une quelconque provocation de l'Algérie. En d'autres termes, la sortie, pour le moins hasardeuse de Macron a fortement déplu à d'importants acteurs européens. Et ils ont dû le lui faire savoir. La troisième signification de la nouvelle posture de l'élysée dans ses relations avec l'Algérie, est en rapport direct avec la crise libyenne. On se souvient, en effet, de la déclaration du président Tebboune qui soutenait que la solution en Libye passerait nécessairement par Alger. Il faut souligner que le succès de la rencontre de Berlin sur la Libye est en grande partie le fait de la participation de l'Algérie qui apportait la garantie de l'équidistance entre les belligérants et sa parfaite connaissance des acteurs. D'ailleurs, si le plan de paix a des chances d'aboutir, c'est principalement en raison de l'efficacité de la diplomatie algérienne. Les Allemands et les Italiens le savent très bien. Les autres partenaires, à l'image des voisins de la Libye, de la Turquie et de la Russie attestent du poids déterminant de l'Algérie dans ce dossier. De fait, la réussite de la réunion de Paris prévue ce vendredi, après le succès éclatant de celle d'Alger, le 30 août dernier, est tributaire de la participation de l'Algérie. Le refus du président Tebboune de conduire la délégation algérienne à Paris renseigne sur la détermination de l'Etat à ne pas se laisser entraîner dans «un jeu d'enfant». Le message est on ne peut plus clair. La présidence de la République française n'a pas à utiliser l'Algérie dans une guéguerre électoraliste. Les conséquences de la dérive langagière de Macron débordent du cadre strictement français, mettent l'Union européenne dans une posture inconfortable et risquent de faire échouer la solution à la crise libyenne. L'Algérie, dont le sens des responsabilités est reconnu de tous, travaillera à la réussite de la réunion de Paris. C'est dire que le dossier libyen ne sera pas affecté par l'aventurisme du président français. Mais pour le reste, à savoir les relations entre l'UE et l'Algérie et l'avenir politique immédiat de Macron, il semble que l'Algérie se donne le temps de la réflexion avant d'agir. Les partenaires de la France sauront certainement jouer de leur influence pour amener Paris à un comportement plus respectueux de la souveraineté de l'Algérie et, partant envisager un véritable dialogue d'égal à égal avec la France sur les aspects mémoriels et l'UE sur les questions économique, sécuritaire et géostratégique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.