L'Algérie joue un rôle important dans l'unification des rangs palestiniens    Une cinquantaine de maires non encore installés    «Le plan de sauvetage de la compagnie doit s'opérer»    Les mises en garde de Tebboune    Des bombardements font 11 morts à Sanaâ, la capitale du Yémen    Alger, dernière escale de l'envoyé de l'ONU Staffan de Mistura    Pyongyang confirme avoir tiré deux missiles lundi    Dos au mur, tout reste possible pour les Verts    Algérie-Côte d'Ivoire se jouera au Japoma Stadium    Suspension d'un an contre le président Mohamed Zerouati    «Un virus appelé à disparaître vers le mois de mars»    Faut-il changer de stratégie ?    Décès de 4 ouvriers et un blessé dans un état critique à Oran    Une semaine de documentaires récents et inédits    L'axe de coopération se renforce entre Conakry et Bamako    Six soldats tués en une semaine    APN: plénière jeudi consacrée aux questions orales    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Report au 26 janvier du procès des accusés dans l'affaire du groupe "Benamor"    Délégation de la CAF à Tizi Ouzou et à Sétif    "L'Algérie peut battre la Côte d'Ivoire"    Foot-Ligue 1 algérienne : journée favorable pour le groupe de tête    Le procès de l'activiste Nora Haddad renvoyé    Vers la prise en charge des préoccupations des boulangers    Le prix du pétrole tire vers les 100 dollars    Les laboratoires d'analyses médicales sous pression    Les travailleurs des impôts en grève    Le bilan macabre de la contre-révolution au Soudan    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Une critique constructive des limites inhérentes au Hirak    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    Aïn El Turck: Un réseau de 5 individus démantelé et 580 comprimés psychotropes saisis    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Umtiti blessé au pied et opéré    2.668 logements attribués    Une hausse inquiétante    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Les défenseurs des migrants vent debout contre l'enfermement    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Pourquoi relire «La peste»?    Projection de «Ne nous racontez plus d'histoire !»    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Passer à la revue générale...
«One, two, three, viva l'algiré!»
Publié dans L'Expression le 21 - 11 - 2021


Avant tout, revivons les mielleux instants d'il y a 10 ans, le 18 novembre 2009 de la qualification à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Oumdurman, au Soudan, on s'en rappelle comme si cela datait d'hier! Nous en reparlons pour attirer l'attention des Algériens que seuls 3 vainqueurs seulement sont revenus au pays, travailler, pour aider le foot local à décoller. Madjid Bouguerra, Antar Yahia et Karim Ziani. Remarquons que 2 ont réalisé le but de la 39e minute, qui a fait plier bagage aux Egyptiens. Pour commencer, c'est Karim Ziani qui expédie une balle bien dosée en direction d'Antar Yahia, lequel reprend de volée le cuir qui ira mourir, sous la transversale, au fond des filets de «Misr»! Et Antar dira en fin de partie: «El Hadhari avait capté tous les boulets que je lui avais expédiés, en vain! C'est alors que je lui envoyais un tir là où Satan faisait la sieste!» Il n'y avait pas de meilleur commentaire que celui-ci! Dix années plus tard, le Burkina Faso n'arrêtait pas de jubiler avant le match retour! Puis, le match arriva et on connaît la suite! Et tenez, revoyons un peu la situation! Le cauchemar est désormais passé. Le Burkina a pris le haut envol et une voltige, dignes d'un athlète vaincu par plus fort que lui! Après une réflexion de 4 jours, il nous a semblé utile et pourquoi pas nécessaire, dans le but de donner un coup de main à tout le staff de Djamel Belmadi, d'aborder sereinement, sportivement et loin de toute envie de nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, l'après-match-piège dans lequel notre EN avait failli être engloutie dans les eaux âcres, couleur d'égouts et autres caniveaux placés plus bas que les caves des nazis, agents à la solde des responsables de l'ex-DST française, puis de leurs acolytes de l'OAS, sans le sang- froid des responsables algériens, qui étaient au stade, pour éventuellement, entrer en scène, dans le cas où les gaillards ramenés d'Ouaga, nous sortiraient de leurs bagages, autres choses que les babioles servant à la magie noire! Vous rendez-vous compte? Le grigri est encore en exposition en 2021! Faire un très long et pénible voyage en compagnie de charlatans pour aller en Coupe du monde au Qatar en 2022! C'est tout simplement ridicule, navrant, inacceptable, dégoûtant, enfantin! Et pourtant, les «Etalons» n'avaient pas besoin de tout ce cirque pour honorer leur pays qui est et restera le frère bien-aimé, malgré tout! La chance, le courage, la détermination, les chocs, le physique, le mental et l'amour du foot et du peuple ont eu raison du crétinisme, de l'imbécillité et de l'ignorance des aigres et amers fans, contrairement aux vaillants partisans des nobles us et coutumes africains! Ainsi, est passé l'orage qui aurait pu aggraver les relations fraternelles qui ont toujours lié les deux pays! Mais ce ne sont pas les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la Mitidja et les 2/3 du pays, sur le stade «Tchaker» de Blida, qui ont annihilé le risque d'un très gros malentendu, mais le travail de sape anti-guéguerre de Djamel Belmadi, le coach national, pour contrecarrer le plan ourdi par les sorciers d'occasion lancé bêtement par le pseudo-éducateur, Kalou Malo. Cet entraîneur national qui aura laissé derrière lui une sale empreinte de «provocateur», car il avait appris qu'en Algérie, pour abattre des «Fennecs», il fallait tout simplement les titiller et les laisser se tordre sur un gazon neuf placé récemment pour recevoir nos hôtes de la plus belle façon qui soit! Le terrain a parlé! Le dernier mot a été placé par «l'Algirai» en novembre, oui, nous avons bien écrit «novembre», le mois béni pour et par les Algériens, qui, de génération en génération, ne sont pas près d'oublier le 1er Novembre 1954, date du déclenchement de la lutte armée, jusqu'à la victoire finale! Le lendemain 17 novembre 2021, les Algériens se sont réveillés, frais, gais, dispos, enchantés qu'ils soient arrivés aux barrages en mars 2022! Vous êtes-vous demandés, chers lecteurs, ce qu' aurait été l'Algérie le 16 novembre 2021 au soir, si la défaite avait trempé dans le verre des Algériens! Oui, imaginons un instant nos têtes après la victoire des «Etalons»: une véritable désillusion et adieu rêve pour 2022! Adieu le rêve de Feghouli de remporter la Coupe du monde 2022! Ensuite, l'immense boulot de l'équipe de Djamel Belmadi qui aura alors, arrosé du sable dans le grand désert d'Adrar durant trois longues et pénibles années, sera abattu, à la suite de la défaite contre le Burkina, qui a usé de tout pour être au rendez-vous de mars 2022! Et les joueurs aux ¾ vieillissants, qui n'auront plus la chance de disputer une autre Coupe du monde! Cette génération méritait amplement de gagner une place parmi le «Top 5 »! Et parmi cette génération, figure le très bon Guedioura qui peut apporter sa classe, sa force, sa rage de vaincre en milieu de terrain en 2022, si sa blessure était guérie! Qu'Allah nous entende et exauce nos voeux, car dans cet espace, nous n'avons pas la culture de l'oubli. Tout comme nous n'avons jamais oublié les Lalmas, Kheddis, Kaci Saïd, Baâziz, Koussim, Belbey, Fréha, Hachouf, Séridi, Tioua, Med Hamaya Messaoudi, Antar Yahia, Ziani, Bouguerra, Belhadj, Matmour et tous les héros d'Omdurman! Il y a aussi les Taïder et Bentaleb. Ils ont tellement donné à l'EN, que nous ne pouvons nous retenir pour leur envoyer un coucou. C'est ainsi et pas autrement! Nous aurions aimé que les Mahrez, Zorgane, Bennacer, Boudaoui, Tahrat, Feghouli, Slimani, Bounedjah, Belaïli, Benlamri, Bensebaïni, Attal, Mandi, M'Boulhi, Benayada, Benrahma, Zerrouki soient cités dans 10 ans dans cet espace pour se rappeler aux bons souvenirs des belles empoignades. A propos d'empoignades, il faut se mettre d'accord sur le match de mardi dernier: faire bonne figure en étalant du beau spectacle contre le Burkina et encaisser des buts, sans en marquer, ou arracher, coûte que coûte, la qualif' pour mars 2022? La seconde solution fut la meilleure puisque l'adversaire de mardi 16 novembre est revenu chez lui, avec le même statut que Djibouti et le Niger: éli-mi-nés!!! L'ambitieux Burkina Faso devra donc, attendre 2026! « Ya mine Aâch»! Entre-temps, l'Algérie de Djamel Belmadi, serait passée à autre chose de plus fort et de plus délicieux. On ne sait jamais... Mais, attention, aux barrages! Il faudra préserver la condition physique car le futur adversaire est déjà averti, et le plan de jeu peut être mis en place! Avec ce «Fennec» de Belmadi, on ne peut rien préconiser! Il saura s'y prendre, avec son merveilleux staff et son équipe! Il a dû se rappeler aussi et surtout la nécessaire et loyale concurrence! Ce qu'a retenu vraisemblablement et incontestablement Belmadi, c'est le fait finalement que nous devons une fière chandelle au Niger, qui a joué franc jeu, en disputant âprement la partie contre le Burkina Faso, tenu en échec le plus sérieux prétendant à battre l'Algérie ! C'est dire aussi que l'EN avait honoré le football, en mettant le maximum de buts aux faibles équipes, en évitant l'humiliation des joueurs adverses, par des dribbles déroutants, des petits et grands ponts, blessant souvent l'amour-propre en face, ridiculisant ainsi les jeunes qui n'auront alors plus que leurs yeux pour pleurer. El Hamdoulillah, nos joueurs et Belmadi ont évité tout ce cinéma, en jouant pour la galerie, et ses inutiles «olé», et joué tout bonnement au foot! Un gros coucou aux joueurs qui n'ont pas joué mardi, nous citons pêle-mêle, Oukidja, Halaïmia, Ounass, Zeghba et même les absents, car non retenus, cette fois-ci, Zeffane, Brahimi et Guedioura! Ils restent tellement précieux dans les grandes confrontations... Mais avant de conclure, cette humble participation, nous ne pouvons pas nous priver de prier Belmadi de voir de plus près la défense dans son tout! Cette prière est un voeu parvenant du fond des tripes d'un fan, jaloux, jaloux, jaloux...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.