Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Premier ministre revient un mois après le putsch
Accord contesté au Soudan
Publié dans L'Expression le 22 - 11 - 2021

Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok, écarté lors d'un coup d'Etat militaire le 25 octobre, a été rétabli dans ses fonctions aux termes d'un accord signé formellement hier avec le général Abdel Fattah al-Burhane à Khartoum. Pour sa première apparition publique depuis le putsch ayant été mis en résidentielle surveillée, M. Hamdok a tenu un bref discours aux côtés du général Burhane, chef de l'armée et auteur du putsch. Les deux hommes se sont dit engagés à remettre sur les rails la transition vers la démocratie lors de la cérémonie de signature au palais présidentiel devant lequel des milliers de manifestants anti-putsch manifestaient.
Quasiment un mois après le coup d'Etat, un accord a été conclu entre l'armée et le Premier ministre écarté Abdallah Hamdok, mais les partisans d'un pouvoir civil ont maintenu les appels à manifester hier. En vertu de cet accord, annoncé par des médiateurs, les ministres et dirigeants civils incarcérés doivent également être libérés. Depuis le putsch, ambassadeurs occidentaux, négociateurs onusiens ou africains et personnalités de la société civile soudanaise ont multiplié les rencontres avec civils et militaires, à Khartoum, alors que, dans la rue, la répression des manifestants anti-putsch a fait 40 morts, selon un syndicat de médecins pro démocratie. Un accord politique a été conclu entre le général al-al-Burhane, Abdallah Hamdok, les forces politiques et des organisations de la société civile pour un retour de M. Hamdok à son poste et la libération des détenus politiques», a déclaré le médiateur soudanais, Fadlallah Burma, un dirigeant du grand parti Oumma.
Selon le communiqué des médiateurs soudanais, l'accord prévoit également le retour au partage du pouvoir entre civils et militaires pour mener le Soudan vers les premières élections libres en 2023, après 30 ans de dictature militaro-islamiste d'Omar el-Béchir. Quelques jours avant cette annonce, le général Burhane semblait pourtant déterminé à garder le pouvoir aux mains des militaires malgré les appels de la communauté internationale et des manifestants au Soudan à un retour du pouvoir civil. Il s'est ainsi renommé à la tête du Conseil de souveraineté, plus haute autorité de la transition, avec son second le général Mohammed Hamdane Daglo. Il y a remplacé les membres pro-civils par d'autres civils sans aucun passé politique ou prise de position connue.
Malgré l'annonce d'un retour de M. Hamdok, les partisans d'un transfert complet du pouvoir aux civils ont appelé les Soudanais à descendre dans la rue pour poursuivre la revendication. Les Forces de la liberté et du changement (FLC), principal bloc pro-civils au Soudan, ont rejeté l'accord conclu avec l'armée sur le retour de M. Hamdok. «Nous réaffirmons clairement qu'il n'y a pas de négociation, ni de partenariat» avec «les putschistes», ont-elles affirmé. Elles ont exhorté les Soudanais à multiplier les manifestations pour en finir avec les militaires au pouvoir qui ont pour leur part exclu de la négociation les FLC. De nombreuses autres associations de la société civile ont appelé sur les réseaux sociaux à des manifestations monstres, après le rétablissement du téléphone et de l'Internet, coupés pendant trois semaines.
Depuis le 25 octobre, les Soudanais sont descendus plusieurs fois par milliers dans les rues pour conspuer l'armée et exiger le retour du pouvoir civil. Et la communauté internationale a régulièrement dénoncé la répression, appelant à remettre la transition démocratique sur les rails. Samedi, des centaines de manifestants ont défilé dans la banlieue nord de Khartoum, particulièrement endeuillée depuis le début de la mobilisation anti-putsch. La police assure elle n'avoir jamais ouvert le feu et ne recense officiellement qu'un seul mort et 30 blessés parmi les manifestants, du fait, selon elle, du gaz lacrymogène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.