Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À visage découvert
Publié dans L'Expression le 25 - 11 - 2021


Pour une surprise, ce n'en est nullement une. Apprendre que le régime du Makhzen a donné un cadre officiel à son «émargement» chez l'entité sioniste pour lui révéler les renseignements qu'il obtient en espionnant ses voisins, n'est point un fait nouveau. Le royaume n'a fait que rendre public ce qu'il a toujours fait en catimini. Aujourd'hui, le roi et sa cour ont décidé de sortir de l'ombre et de jouer à visage découvert en accueillant, hier, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, pour signer un accord-cadre visant à «renforcer la coopération sécuritaire entre les services de renseignement marocains et israéliens». Un pacte conclu depuis des décennies, mais rendu public un an à peine après les Accords d'Abraham marquant la normalisation des relations entre les deux parties. Pour s'en convaincre, il suffit de rappeler l'infidélité de Hassan II qui avait été derrière la débâcle des troupes arabes lors de la guerre des Six-Jours en 1967. Cette trahison des pays arabes pour le compte des sionistes a été suivie par bien d'autres. On peut rappeler l'arrangement de la Honte qu'à conclu le roi avec l'administration de Donald Trump sur le dos des Palestiniens. L'ex-président américain a reconnu par un tweet la marocannité du Sahara occidental en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Président d'honneur du Comité El Qods, le roi n'a pas hésité une seconde à trahir la cause palestinienne et à soutenir l'entité sioniste. C'est dire que le Maroc a toujours joué la carte d'Israël. Seul Etat à avoir eu des relations suivies avec Tel-Aviv, le Maroc avait ouvert, dès les années 90, des bureaux de liaison avant de les fermer au début des années 2000. Il y a lieu aussi de citer le scandale Pegasus qui a éclaboussé, dernièrement le roi. À travers un logiciel mettant sous écoute téléphonique des personnalités politiques et militaires, le Maroc espionnait l'Europe, notamment son allié la France, mais aussi l'Algérie et d'autres pays voisins. Mais ce qu'il y a lieu de retenir de ce scandale, c'est que l'«oeil» du roi est conçu par la firme NSO d'Herzliya, au nord de Tel-Aviv, dans la «Silicon Valley» israélienne! Tous ces exemples confirment que l'étroite collaboration entre l'Etat sioniste et le Maroc ne date pas d'hier. Sinon,pourquoi le Makhzen se démènerait-il pour imposer Israël comme Etat observateur à l'Union africaine? Le problème est que le roi pense réellement gagner en puissance et faire peur à ses voisins en s'adossant à l'Etat sioniste. Il avait, d'ailleurs, tenté de le faire en offrant au ministre israélien son territoire comme une «franchise diplomatique» afin de s'attaquer à l'Algérie oubliant qu'il lui en faut beaucoup plus pour faire cligner des yeux le pays d'un million et demi de martyrs. La réalité est que le roi n'a rien compris. Il s'accroche à l'illusion que le régime sioniste est à ses côtés et que fort de son soutien aux plans du renseignement, l'armement, l'infiltration ou même la déstabilisation, il va remporter haut la main la bataille du leadership dans la région et asseoir définitivement sa mainmise sur le Sahara occidental. Or, autant le soleil ne se cache pas avec un tamis, autant l'objectif d'Israël dans la région ne peut être occulté. L'Etat sioniste vise à faire exploser la stabilité de tout le Maghreb, Maroc y compris. En introduisant le loup dans la bergerie, le roi sera le premier à en pâtir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.