Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que nous veut le Maroc?
Le makhzen hisse le drapeau israélien à quelques encablures de nos frontières
Publié dans L'Expression le 02 - 05 - 2021


A quoi joue le Makhzen? En exhibant aux frontières algéro-marocaines, les symboles de l'entité sioniste, pense-t-il pouvoir faire peur à l'Algérie? Ou peut-être réussir à exaspérer sa population? Quel message cherche réellement à faire passer le Maroc à travers une énième provocation, autre la réalité bien connue qu'il soit un voisin sournois et belliqueux. Tellement sournois que l'Algérie doit décrypter ce qui se cache derrière les derniers agissements bas et abjects du royaume qui a autorisé un groupe d'israéliens et de Marocains, des promoteurs touristiques dit-on, à observer un sit-in à Oujda près de la frontière algérienne. La veille et dans la même ville, les autorités du Makhzen avaient interdit un rassemblement de soutien au peuple palestinien. Ce qui confirme qu'il ne s'agit là que d'une provocation. Mais pas uniquement envers l'Algérie et son peuple mais aussi envers le peuple marocain, comme l'a affirmé le journaliste indépendant Ali Lmrabet. Ce dernier considère, dans un tweet, que lorsqu' «un groupe de personnes vont, sous la protection de l'Etat marocain, dans un lieu précis et symbolique de la frontière» (algéro-marocaine), pour exhiber les symboles de l'entité sioniste, «c'est une manifestation politique». Il n'a pas tort. Car ce droit des Israéliens à manifester, à quelques mètres du sol algérien, n'est qu'un début. Bientôt ces derniers vont carrément occuper les terres et s'ériger comme les nouveaux voisins de l'Algérie. La démarche est déjà en cours et seul le front de soutien à la Palestine a compris le grand complot qui se trame contre son pays. Ce dernier ne cesse de dénoncer la visée du groupe sioniste «Mehadrin» qui s'est lancé dans la location des terres agricoles marocaines à vue d'oeil. Mehadrin veut accaparer 455 hectares de terres agricoles! N'est-ce pas ainsi qu'a commencé la spoliation de la terre palestinienne? Israël se cherche-t-elle une nouvelle Palestine? Si c'est le cas, le Makhzen lui prête bien le flanc en optant pour l'hypothèque de la sécurité alimentaire du Royaume au bénéfice de l'entité sioniste. Le Maroc qui a décidé de normaliser ses relations avec Israël contre la reconnaissance de l'ex-président américain Trump de la marocanité du Sahara occidantal, jubile sûrement en pensant avoir créé autant de désagrément à l'Algérie avec la présence sioniste dans sa proximité directe. Mais dans cette démarche belliciste, le roi risque de perdre sa couronne et son royaume. Dernièrement, faut-il le rappeler, le Maroc a recouru à un tir de drone, pour assassiner un commandant de la Gendarmerie nationale sahraouie. Une opération réussie grâce à l'assistance israélienne. L'usage de drones suppose l'existence d'un satellite capable d'orienter l'appareil et de lui fournir des détails très précis sur sa cible. Plus qu'une opération militaire, il s'agissaitt là d'une action politique et d'une grave escalade à nos frontières. Ultime provocation, Rabat ouvrait la voie à Israël par l'usage de ses drones pour se positionner désormais comme une troisième partie au conflit dans le Sahara occidental. L'entité sioniste planifiait de longue date une telle intervention pour un pied au sud de l'Algérie. Elle pense sûrement réussir, mais c'est compter sans l'entêtement de l'Algérie à préserver sa souveraineté. Certes, le Maroc a réussi à rapprocher la menace sioniste. La situation est grave, mais elle l'est pour le royaume encore plus que pour l'Algérie. Mohammed VI devrait bien revoir ses calculs car l'ogre qu'il pense avoir approvisionné pour avaler son voisin risque bien de se retourner contre lui. Quant à l'Algérie, elle saura bien se défendre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.