Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des établissements paralysés
Le Cnapeste maintient la pression
Publié dans L'Expression le 30 - 11 - 2021


La grève du Cnapeste a pris, hier, une tournure inattendue. Ce mouvement de grève cyclique, qui bouclera, aujourd'hui, sa 5e semaine, a été entamée simultanément, avec le déroulement des examens du premier trimestre, ce qui a eu pour effet de perturber partiellement le déroulement des examens des trois cycles de l'éducation, dans plusieurs régions du pays. Les examens du cycle secondaire sont les plus compromis, notamment dans la région de l'Algérois. Ce débrayage n'a pas eu l'effet escompté, au niveau des établissements scolaires du pays, selon les chiffres communiqués par la tutelle. Contacté, hier, dans l'après-midi, par L'Expression, Nacereddine Benhabouche, le chargé de communication auprès du ministère de l'Education nationale a déclaré que «le taux de suivi de la grève, lancée par le Cnapeste, a été, en effet, estimé à 1,4%, au niveau national». «Le taux de suivi de l'appel à la grève lancé par ce syndicat» a-t-il poursuivi, « est de 0,1% dans le cycle primaire et il ne dépasse pas les 0,6% dans le cycle moyen; il est estimé à 5,4% dans le secondaire. Des chiffres qui se reflètent dans les constats, sur le terrain par nos correspondants, à Constantine, Béjaïa, Oran et Annaba où ils se sont rapprochés des différents établissements scolaires pour tâter le pouls de la première journée de grève. La majorité des enseignants sont restés insensibles à l'appel à la grève, lancé par le Cnapeste, affirment nos correspondants. Peut-on parler de «prise d'otages» pour décrire la situation où des milliers d'élèves en situation d'examen se sont retrouvés entre le marteau et l'enclume? Des enseignants grévistes, rencontrés lors de notre virée à Alger, récusent totalement l'emploi de cette expression. Ces derniers «ne jurent que par la grève», afin de faire aboutir leurs revendications socioprofessionnelles.«Nous refusons d'être considérés comme des preneurs d'otages, voire comme des ennemis,» dira une enseignante, qui a réitéré les mêmes revendications contenues dans la plate-forme du Cnapeste. En attendant d'en savoir plus sur la suite de ce mouvement de grève, qui prendra fin aujourd'hui, il y a lieu de noter que du côté des parents d'élèves, le recours à la grève, en pleine période d'examens, est «une option très contestée». «Ces journées de grève à répétition ne feront qu'accentuer le retard, déjà difficile à surmonter, dans les programmes tracés par la tutelle», dira une maman rencontrée à Béni Messous, devant l'école primaire El Banafsadj. Celle-ci nous a confié qu'elle s'est retrouvée obligée de rester mobilisée et contrainte de patienter à l'extérieur de l'école, pour reprendre sa protégée. L'interlocutrice n'était pas la seule à attendre, durant plusieurs heures, ses enfants, derrière les murs des écoles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.