CAN-2021 (Gr.E) Côte d'Ivoire - Algérie : impératif de gagner    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Côte d'Ivoire - Algérie: le Sud-africain de Freitas Gomes à la place du Gambien Gassama au sifflet    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs Houza et Aousserd    Travaux publics : publication prochaine d'une deuxième partie des cahiers de charges types    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Covid-19 : mise en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin    Kamel Nasri lance les travaux de dédoublement du tronçon de la RN 01 Djelfa-Laghouat    Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Football - Ligue 2: Le RCK champion d'hiver, l'ASMO en chute libre    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    A l'exception des plénières déjà programmées: Les activités de l'APN reportées à cause du Covid    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Benfreha: Une dizaine de constructions illicites démolies    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    L'heure des calculs pour les Verts    Onze morts dans des raids au Yémen    Des critiques aux reproches    Le baril affole le marché    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Le statu quo !    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le royaume se disloque
Corruption institutionnelle et misère ravageuse
Publié dans L'Expression le 04 - 12 - 2021

Le Makhzen est pestiféré partout, les attaques et le rejet de son mode de gestion sont devenus une sorte de consensus par la majorité des Marocains.
La corruption s'est transformée en une culture,voire une institution au Maroc. Le Makhzen est choisi du doigt comme étant le pourvoyeur de cette «gangrène» qui frappe de plein fouet la société marocaine et ses institutions,la santé et l'éducation, les secteurs les plus gangrénés du fléau de la corruption. Ce constat est l'oeuvre de l'Autorité nationale pour l'intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption. Le rapport fait part d'un niveau indescriptible de la corruption dans les institutions régentées par le Makhzen. L'Autorité chargée d'évaluer et de faire le bilan de ce phénomène souligne que «les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement afin de lutter contre ce fléau sont inefficaces et ne répondent pas aux normes de transparence et de contrôle», et d'ajouter que«les secteurs de la santé et de l'éducation arrivent en tête des secteurs gangrénés par la corruption au Maroc», précise l'Autorité nationale pour l'intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption. L'instance précise en outre que «la corruption touche davantage les secteurs du service public qui sont les plus sollicités par les citoyens», mais plus que ça, l'Autorité concernée par la lutte contre le fléau de la corruption, reconnaît que les chiffres et le constat dépassent de loin ce qui est relevé par des rapports officiels. À ce propos, l'instance indique que «le nombre d'affaires de corruption serait beaucoup plus important que celui arrêté car certaines affaires qui sont du ressort de la police judiciaire», souligne le rapport. Donc le Makhzen a érigé la corruption en une institution dans le but de se maintenir et dominer les Marocains qui ne savent plus à quel saint se vouer.
Le Makhzen exporte une image de lui qui cache mal sa véritable nature mafieuse et criminelle. Il ne daigne pas s'attaquer aux autres pays pour cacher sa situation qui a atteint le stade putride. Les citoyens marocains qui se débattent dans le dénuement et la pauvreté extrême savent que le régime du Makhzen est traversé par une multitude de crises relevant de sa nature prédatrice et vassale aux forces étrangères.
Mais le crétinisme du Makhzen se fait exprimer à travers les mensonges et les vétilles qu'il colporte dans le but de donner du crédit et un semblant de légitimité à un système despotique et réactionnaire. Les Marocains se mobilisent et s'organisent pour dénoncer ce régime vassal et inféodé aux forces d'outre-mer. Ils veulent en découdre avec ce protectorat qui les a affamés et réduits à des loques humaines. Les fake news et les mensonges relayés à travers les réseaux sociaux par quelques mercenaires ne peuvent pas cacher la réalité de ce régime aux abois par son peuple.
Le Makhzen est dans de sales draps, tous les indicateurs sont au rouge sur le plan économique et social. La corruption et la misère sont devenues le lot quotidien des pans entiers de Marocains qui sont livrés à eux-mêmes.
La normalisation avec l'entité sioniste et la signature des accords de défense commune, démontrent le caractère voyou d'un régime qui ne se soucie guère des intérêts du peuple marocain et de ses voisins.La situation est dangereuse au Maroc, le peuple veut en découdre avec le régime du Makhzen et ses alliés sionistes, malgré la répression qui s'abat sur eux.
La corruption qui s'est transformée en une gangrène qui affecte toutes les structures du Makhzen et ses relais au sein de la société marocaine, sera la goutte qui débordera le vase du Royaume chérifien. Tous les indices plaident pour la fin d'un régime qui s'est imposé sur son peuple par la soumission aux puissances néocoloniales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.