Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UGTT réclame un «dialogue national»
Tunisie
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021

La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT a réclamé samedi un «dialogue national» et une feuille de route pour sortir de l'état d'exception, décrété fin juillet par le président Kais Saied, lors d'un rassemblement de plus de 6.000 militants, à Tunis. Sous les slogans «Travail, liberté, et dignité nationale» ou «Je te défendrai avec mon âme et mon sang UGTT», ils étaient entre 6 et 7.000 militants réunis pour commémorer le 69e anniversaire de l'assassinat en 1952 du fondateur du syndicat, Farhat Hached, par l'organisation pro-coloniale La Main Rouge, ont constaté les médias présents. A la tribune, le chef de l'Union générale tunisienne du travail a appelé le président Saïed à un «dialogue national» et à l'instauration d'une «feuille de route».
«La Tunisie ne se construira pas avec l'individualisme», a déclaré le secrétaire général du syndicat, Noureddine Taboubi, en allusion au président tunisien qu'il a appelé à adopter «une approche participative».
Le 25 juillet, le chef de l'Etat avait surpris le monde entier en s'octroyant les pleins pouvoirs, après avoir limogé le Premier ministre et gelé le Parlement.
Le 22 septembre, il a officialisé l'instauration de «mesures exceptionnelles» par lesquelles il concentre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, le temps de mener des «réformes politiques», dont une réforme de la Constitution. Selon M. Taboubi, «le train a démarré», et l'UGTT, colauréat du prix Nobel de la Paix en 2015, sera aux côtés de «celui qui veut construire la Tunisie et la développer». Mais, a-t-il ajouté, il «faut apprendre des erreurs passées», en référence à la politique du cavalier seul de l'ex-dictateur Zine El Abidine Ben Ali, renversé en 2011. «Nous allons jouer notre rôle national avec l'ensemble des citoyens», a poursuivi le chef de l'UGTT, ajoutant qu'»entre l'avant 25 juillet» et la situation politique actuelle, il existe «une troisième voie».
Un dialogue national devra, à ses yeux, «englober l'UGTT, les organisations nationales, la société civile et politique et les personnalités nationales avec lesquelles nous partageons les mêmes principes et objectifs». Après «10 ans de disputes, de divergences et de slogans», «le pouvoir d'achat s'est détérioré, la situation environnementale a empiré, les taux de pauvreté et de chômage augmentent», a-t-il estimé. «Ce n'est pas lié à la situation d'aujourd'hui mais à l'accumulation d'années (de problèmes) amplifiés par des divergences stériles», a-t-il dit, appelant à «sauver le pays», qui traverse «une étape cruciale avec des virages dangereux».
Critiqué en Tunisie et à l'international pour son «accaparement des pouvoirs», M. Saied a assuré le 21 novembre qu'il préparait «les prochaines étapes» politiques afin de «sortir de la situation exceptionnelle» actuelle.
Les médias locaux spéculent sur de possibles annonces, le 17 décembre, jour que M. Saied a décidé de transformer en jour férié national pour marquer le début de la Révolution de 2010-2011 encore inachevée selon lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.