Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La face cachée d'un dossier
Industrie automobile
Publié dans L'Expression le 07 - 12 - 2021


Sur le dossier de l'automobile, l'Algérie semble faire du surplace que ce soit pour l'importation ou l'industrie. Pour quelle raison? En 2 ans, le président Tebboune a fait appel à trois ministres de l'Industrie, à savoir Ferhat Aït Ali, Mohamed Bacha et l'actuel Ahmed Zeghdar, dans le seul but de faire relancer le secteur et répondre hâtivement aux attentes citoyennes concernant, principalement, la disponibilité de véhicules. Après deux cahiers des charges, des réunions de commissions, la confection de dizaines de dossiers et même la délivrance d'un quitus provisoire pour une première liste de concessionnaires, c'est le retour à la case départ. Qui est derrière ce blocage et cet immobilisme? S'agit-il de groupes d'intérêts qui s'entrechoquent, ne trouvant pas un terrain d'entente pour se partager le gâteau? Les lobbys de l'industrie automobile mettent-ils des bâtons dans les roues pour éviter de se conformer aux nouvelles conditions qui purifient le secteur des anciennes pratiques de la «Issaba»? Cherche-t-on à exaspérer le simple citoyen qui n'arrive pas à acquérir un véhicule depuis près de 5 ans? Quelle que soit la raison, une chose est claire: il y a des forces tapies dans l'ombre qui bloquent le dossier automobile. Et le président de la République les a dénoncées dans son discours à l'occasion de la Conférence nationale sur la relance industrielle. Abdelmadjid Tebboune a parlé de lobbys qui poussent au statu quo, le laxisme de l'administration et les lenteurs bureaucratiques. Très remonté contre les entraves que subit le secteur industriel, le président n'avait pas pris de gants en abordant la situation du secteur de l'industrie, tantôt s'insurgeant contre les blocages et les lenteurs, tantôt exhortant les troupes à aller de l'avant. Il a même qualifié les entraves et actes de blocage de «crimes contre l'économie nationale et d'acte antinational». «Certains croient qu'ils pourraient attenter à l'ordre et à la stabilité du pays, en tentant de maintenir le statu quo sur le plan économique et social... mais ils se trompent lourdement», s'était enflammé le chef de l'Etat mettant en garde contre toute tentative dans ce sens. Et à bien voir, Abdelmadjid Tebboune a fait état, au moins, de trois raisons du surplace que connaît le secteur de l'industrie, y compris le dossier automobile avec ses deux volets construction et importation. Il a cité, en premier, les fonctionnaires échaudés par le sort de leurs collègues emprisonnés, les corrompus qui font pression sur les opérateurs et enfin ceux qui agissent pour le compte de cercles occultes qui ont intérêt à ce que l'Algérie ne sorte pas de l'ornière et qui veulent «faire sortir les gens dans la rue». Le président ne s'est pas suffi uniquement de menacer ces forces de blocage, mais a agi et rapidement. Le lendemain de la conférence, en Conseil des ministres, Abdelmadjid Tebboune décidé à tirer le tapis de sous les pieds des conspirateurs, a ordonné, la révision immédiate du cahier des charges fixant les conditions d'importation des véhicules et l'accélération de l'annonce des concessionnaires agréés, insistant sur l'impératif de fournir, au niveau régional et dans les grandes villes, un réseau de services après-vente en tant que condition pour accepter leurs dossiers. Il a également rappelé que la loi n'interdisait pas l'importation individuelle de véhicules. La décision prise par le chef de l'Etat confirme, encore une fois, que les préoccupations du simple citoyen sont au centre de ses priorités, comme il ne cesse pas d'ailleurs à le répéter. Ses instructions devront faire avancer les choses et rapidement même si en exigeant la révision des cahiers des charges, l'opération de l'importation des véhicules reviendra à la case départ. En fait, il vaut mieux que ce dossier fasse du «replay» pour avancer que du surplace. Car, le retard qui sera enregistré en raison d'une troisième révision des cahiers des charges, sera rattrapé par la jonction des efforts et l'application que mettront les responsables du secteur à concrétiser les orientations du chef de l'Etat. Le citoyen peut aujourd'hui espérer concrétiser son rêve prochainement. Et pourquoi pas avant la fin du premier semestre 2022?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.