Ligue 1: le CR Belouizdad tient bon, le RC Arba respire mieux    Serie A : Bennacer champion avec le Milan AC !    Météo: des températures au-dessus des moyennes saisonnières    L'actrice Chafia Boudrâa s'est éteinte à l'âge de 92 ans    Hausse des températures: le ministère de la Santé prodigue des conseils préventifs    Le Mouvement El-Islah affirme adhérer à l'initiative de rassemblement initiée par le Président Tebboune    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Benbouzid préside les travaux de la 57e session ordinaire du Conseil des ministres arabes de la Santé    Sahara occidental: le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Industrie: prioriser le rendement économique lors de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans le secteur de Smara    "Andaloussiates El Djazair" : prestation de l'association "Mezghenna" d'Alger    Football - Ligue 2: Le MCEB et l'USMK champions, le MOB, la JSMB et le CRBAO rétrogradent    ES Sétif: Une lacune impardonnable    LIRF - Inter-régions: Une fin de saison entachée par la violence    Fertial: Asmidal reprend les 17% du groupe «ETRHB Haddad»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Tlemcen: Quatre morts par noyade sur les plages de Bider et Moscarda    Pour la quatrième année consécutive: Mort massive de poissons au lac Oum Ghellaz    A quelques semaines des jeux Méditerranéens: Des invasions de moustiques enveniment le quotidien des Oranais    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Réfugiés climatiques    La pression jusqu'en 2023 ?    15 hôtels réservés aux journalistes    La FSF épingle la FFF    Accord avec Mbappé?    «L'heure de l'unification arabe a sonné»    Dialogue national sans partis politiques    Les forces sionistes ont tué un jeune de 17 ans    La déclaration devant l'APN en septembre    Quelle place pour les partis?    Comment sauver les récoltes?    Les recasés de Saket s'impatientent    La grande inquiétude!    Les serments de Belaribi aux ingénieurs    34 milliards pour la zone d'activité    Le pari vital de Tebboune    Un grand homme s'en va!    Formation au ciné-concert    «Nous sommes ouverts à tous les Algériens»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    Une manœuvre dissuasive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La leçon des échecs
Sahara occidental
Publié dans L'Expression le 17 - 01 - 2022

La première visite de l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental, Staffan de Mistura, vient de s'achever dans une atmosphère de lourdes interrogations.
Bien plus que ses prédécesseurs, le diplomate italo-suédois ne dispose pas encore de toutes les cartes nécessaires pour pouvoir mener à bien sa mission et c'est pourquoi des doutes existent quant aux chances de débloquer la situation, volontairement ancrée dans une paralysie durable par le royaume du Maroc qui continue à piller les ressources du peuple sahraoui, avec la complicité des puissances européennes qui le parrainent. Des voix se sont élevées, la toute dernière étant celle de l'ancien émissaire de l'ONU, le diplomate américain Christopher Ross qui a exhorté les Etats-Unis à assurer à Staffan de Mistura «au moins, les mêmes prérogatives» que celles dont a disposé, en son temps, l'ancien secrétaire d'état James Baker, lorsqu'il a conduit une médiation identique au Sahara occidental. On se rappelle que ni James Baker ni Christopher Ross et, avec eux, l'ancien président allemand Horst Kohler, ne sont parvenus à se défaire du carcan marocain et n'ont eu d'autre choix que celui de jeter l'éponge, face à une mission onusienne sabordée au sein même du Conseil de sécurité.
Les raisons de l'échec de toutes les démarches entreprises sont connues et il n'y a aucune donne qui tendrait à croire qu'il n'en ira pas de même, cette fois-ci. Tous les processus engagés et tous les efforts antérieurs des envoyés spéciaux ont buté sur les manoeuvres et les coups tordus du Makhzen, assuré d'une impunité quasi permanente au sein même du Conseil de sécurité où la France, membre permanent de l'instance, n'hésite jamais à brandir son veto comme elle l'a fait, ces temps derniers, afin de continuer à priver la Minurso de sa prérogative de contrôle des violations des droits de l'homme. Une tâche d'autant plus indispensable que les exactions de l'armée d'occupation marocaine ont atteint des dimensions inquiétantes au point d'alarmer l'opinion internationale, malgré le rideau de fer que Rabat impose pour empêcher que soient diffusées des images ou des informations de nature à infirmer la propagande du Makhzen. Toujours est-il que l'ONU, le Conseil de sécurité et, plus largement, la communauté internationale sont confrontés à une situation de plus en plus explosive, depuis que l'état sioniste a conclu un accord militaire avec le royaume du Maroc, avec le risque de compromettre la situation d'ensemble dans toute la région maghrébine, voire en Méditerranée.
D'où l'impératif d'une approche autrement plus offensive, sinon contraignante, pour sortir du bourbier dans lequel se complaît le Makhzen et parvenir, réellement, à la relance du processus de règlement de la crise, sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et celle des recommandations, non moins pertinentes, de l'Assemblée générale de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.