Coronavirus: 6 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Le Président Tebboune présente ses condoléances suite au décès du moudjahid et Général-major à la retraite Ali Bouhedja    Industrie pharmaceutique: clôture du Salon algérien de l'Industrie pharmaceutique à Dakar    Industrie pétrochimique: atteindre 5 milliards de dollars d'exportations à moyen terme    Le projet de la loi relative à l'investissement contribuera "à drainer des investissements"    Décès du moudjahid et Général-major à la retraite, Ali Bouhedja    Le Président Tebboune félicite la boxeuse Imane Khelif    Judo/ 43e Championnats d'Afrique : 31 pays confirment leur présence au rendez-vous d'Oran    La Fédération du Sénégal répond sèchement à la fédération française dans l'affaire Idrissa Gueye    Mahrez inaugure un stade à son nom à Sarcelles    Ghlamallah appelle depuis Kazan à relancer le rôle du Groupe de vision stratégique "Russie et Monde islamique"    Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    Brèves Omnisports    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    La Sonelgaz se met de la partie    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Un nouvel ancrage à l'activité économique    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine
Terrorisme au Sahel
Publié dans L'Expression le 18 - 01 - 2022

Compte tenu des tensions de plus en plus affichées entre Bamako et Paris, la proposition de la Cédéao qui se disait, hier, «prête à accompagner les autorités maliennes» dans une transition «crédible», c'est-à-dire conforme aux exigences qui ont conduit à de nouvelles sanctions, lors du récent sommet d'Accra, au Ghana, semble avoir peu de chance de rencontrer un écho favorable. Au contraire, le Premier ministre malien, Choguel Kokalla-Maïga avait annoncé, la veille, la décision du gouvernement de porter plainte auprès des juridictions compétentes, qualifiant les mesures de la Cédéao d'«illégales». Autant dire que, dans un tel contexte, la présence militaire française, très critiquée depuis des mois par les populations de cette région sahélienne tributaire d'un terrorisme grandissant, devient un sujet brûlant, et cela à moins de trois mois d'une présidentielle en France au cours de laquelle il n'est pas du tout exclu que la question s'invite aux débats et meetings. Accusés par la France d'avoir introduit le groupe paramilitaire russe Wagner, les dirigeants maliens de la transition réfutent et arguent de leur droit de recourir, en toute souveraineté, à des alliances conformes aux exigences de la situation et aux intérêts supérieurs du peuple malien. D'où une crise passablement critique entre Paris et Bamako qui refuse de se plier au diktat du président français Emmanuel Macron, relayé par les chefs d'état de la Cédéao, quant à l'organisation des élections fin février pour «restituer le pouvoir aux civils».
Afin d'étayer leur argumentaire, les autorités de la transition ont eu recours, vendredi dernier, à de gigantesques manifestations de soutien, partout dans le pays, et principalement dans la capitale, les sympathisants clamant leur hostilité envers l'ancienne puissance coloniale et leur rejet des mesures, qualifiées d' «indécentes», de la Cédéao. Il faut dire que ces sanctions viennent étrangler un pays déjà confronté à un véritable étau socio-économique et une montée en puissance des groupes terroristes qui ont trouvé, étrangement, un terrain prospère dans la région du Liptako-Gurma, dite des Trois-Frontières, parce qu'elle constitue un carrefour commun aux trois pays endeuillés par l'extrémisme, le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Avant le sommet de la Cédéao, la France qui a entamé la présidence de l'Union européenne et compte, à cette occasion, faire avancer son projet de force d'intervention commune Takuba, de manière à pouvoir opérer le retrait partiel de Barkhane, l'Union européenne et les Etats-Unis avaient multiplié les mises en garde contre le Mali, affirmant que l'invite de la société Wagner n'est rien d'autre qu'un recours déguisé à la Russie. En d'autres termes, une provocation et un défi de Bamako «inacceptables», au moment où le Niger a déjà fait savoir qu'il ne veut pas de Takuba.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.