Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Complexe sidérurgique de Bellara: exportation de 100.000 tonnes de produits ferreux en 4 mois    Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La solution des autotests
Leurs prix varient entre 750 et 1500 dinars
Publié dans L'Expression le 24 - 01 - 2022

La Covid-19 a plumé les Algériens! Entre équipements de protection, médicaments, les tests ont fini par achever leur portefeuille!
En effet, les PCR coûtent un bras. Leurs prix sont compris entre 7000 et 9000 dinars, tout dépend du laboratoire. Plus accessibles, les tests antigéniques restent quand même très chers. Leurs prix varient entre 2500 dinars et 4000 dinars dans certains laboratoires. Une famille de 4 personnes devra donc au moins dépenser 10 000 dinars pour se faire dépister! Une somme faramineuse qui n'est pas couverte par la sécurité sociale! Cela même si «officiellement» ils sont remboursés. Mais sur le terrain c'est une autre paire de manches! Une solution est alors venue diminuer la pression sur les ménages. Il s'agit des autotests. Ils connaissent un succès fou ces derniers jours, à cause de leurs prix qui sont plus au moins raisonnables. Ils varient entre 750 et 1500 dinars, selon la marque ou le vendeur! On les trouve en pharmacie mais aussi sur la Toile. Sur les sites de vente par en ligne, tels que «Ouedkniss» ou la «marketplace» de Facebook, les annonces proposant ce type de produits pullulent.
À l'image du site de vente de produits de parapharmacie, «pharmacieaDz». On y trouve un autotest à 1200 dinars avec livraison dans les 58 wilayas du pays. Plusieurs modèles y sont proposés. Nous avons aussi contacté des sociétés spécialisées dans la vente de matériels et consommables médicaux. Elles nous ont toutes confirmé la disponibilité de ces autotests, assurant qu'ils étaient fiables et faciles à utiliser. «Nous travaillons avec des entreprises pour lesquelles nous avons fourni des autotests», assure Ghiles Chabane, directeur général de la SARL Agsm, entreprise de matériel médical. Elles dépistent tous les trois jours leurs employés. Les retours que l'on a eu sont bons. Plusieurs cas ont été dépistés grâce à ces tests, faciles à utiliser et qui donnent des résultats en 15 minutes», ajoute-t-il, rappelant qu'il vend l'unité à 1000 dinars. «C'est moins cher que dans un laboratoire, en plus ils ne sont pas obligés de déplacer toutes leurs équipes pour les checker», souligne-t-il. Des études internationales assurent que «les autotests sont en mesure de détecter la présence du virus chez une personne effectivement malade dans 80% des cas a minima, et qu'ils sont en mesure également de constater l'absence de virus chez une personne effectivement non malade dans plus de 99% des cas». Ce qui veut dire que «le risque de faux positifs, c'est-à-dire le risque d'être testé positif alors que l'on n'est pas en réalité porteur du virus, est extrêmement faible: ce risque survient dans moins de 1% des cas». Une bonne solution pour mettre fin au diktat des labos. Surtout qu'un médecin nous affirme que «certains d'entre eux utilisent ces fameux autotestes qu'ils facturent à 2500 dinars». Néanmoins, il souligne qu'heureusement ils sont une minorité à recourir à ce genre de pratique. De plus, pour obtenir un arrêt de travail, il faut que le test soit confirmé par un médecin ou pharmacien biologiste. Mais cela reste quand même très utile pour confirmer les contaminations dues à ce fichu virus. Toutefois, les autorités sanitaires doivent vite remettre de l'ordre dans ce marché en contrôlant la qualité de ces moyens de dépistage à domicile disponible à la vente. Car, l'appât du gain a fait que certains «vampires» ont importé des autotests contrefaits qui dupent les citoyens et risquent d'aggraver encore plus la pandémie. Une liste doit être publiée afin d'éclairer l'opinion publique pour éviter qu'elle ne tombe dans le panneau. Il y a également les prix qui restent relativement élevés par rapport à l'étranger.
En France, une boîte de 5 unités coûte moins de 6 euros en pharmacie alors qu'elle revient à 3.5 euros en grande surface. C'est l'équivalent d'un seul des tests les moins chers dans le pays. Il est donc impératif de soutenir ce type de produit qui pourrait permettre de contenir ce tsunami! Un prix plus accessible pour mettre fin au...déni national!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.