Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Les bases de la transition énergétique    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Pourquoi les prix ont baissé    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un challenge au sommet de l'UA
L'égypte à l'ombre du Grand Barrage du Nil
Publié dans L'Expression le 27 - 01 - 2022

La seconde visite officielle effectuée par le président Tebboune a concerné la République d'égypte où les entretiens avec le Raïs égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont révélé la profondeur et la convergence de vues tant en ce qui concerne les enjeux continentaux que les défis auxquels fait face la nation arabe. D'où la détermination commune à asseoir une concertation permanente et approfondie sur les voies et moyens de conduire une politique commune afin d'apporter les solutions adéquates aux nombreux problèmes et une riposte aux agendas secrets qui menacent nos peuples. Si Alger et Le Caire songent, d'abord, au sommet des chefs d'état et de gouvernement de l'Union africaine (UA) qui aura lieu à Addis Abeba, dans quelques jours à peine, ainsi qu'à celui de la Ligue des états arabes, appelé à ressouder l'union sacrée autour de la question palestinienne, et à cimenter la communauté de destin des peuples concernés, d'autres problématiques figurent parmi la somme d'initiatives envisagées par les dirigeants algérien et égyptien. Et l'un comme l'autre ont souligné, dans la conférence de presse commune, l'importance centrale d'une telle démarche et leur volonté que les questions africaines et arabes seront au coeur de leurs préoccupations.
C'est ainsi que le lien séculaire entre les deux nations pourra se renforcer davantage et nourrir les relations avec les autres pays qui partagent ces aspirations et ces objectifs. A cet égard, l'Algérie n'avait pas hésité à engager, voici plusieurs mois, une médiation mûrement réfléchie autour du barrage de la Renaissance qui a mis à rude épreuve les missions de bons offices africaine et onusienne. L'impatience de l'Egypte et du Soudan est allée crescendo alors que d'autres crises sont venues compliquer la donne. Le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, a publié, hier, un communiqué sur la page Facebook du gouvernement pour dire l'intérêt de l'égypte à reprendre «dès que possible les négociations» pour résoudre le différend et «parvenir à un accord juste et équitable». Il rappelle que son pays «souffre de pénurie d'eau et dépend principalement du Nil Bleu (sur lequel l'éthiopie a construit le barrage de la Renaissance). L'égypte tient à parvenir à un «accord de remplissage et d'exploitation juridiquement contraignant qui établit un équilibre entre l'obtention par l'éthiopie du maximum d'avantages possibles dans le domaine de la production d'électricité et le développement durable, en échange de l'absence de préjudice pour les pays en aval (l'égypte et le Soudan)».
Lancé en 2011, le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne (GERD), peut compromettre à 97% l'agriculture et l' approvisionnement en eau de l'égypte et du Soudan. Mi septembre 2021, le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté les trois pays à reprendre les négociations, sous l'égide de l'UA, pour l'adoption d'un accord mutuellement acceptable. Malgré la crise du Tigré et les manifestations au Soudan, l'heure est venue de raviver la médiation, à la faveur du sommet de l'UA et de soulager, par-là même, les trois peuples frères du poids d'un contentieux qui devrait être, en vérité, un atout commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.