JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie à l'abri de la crise
Rapport de la Banque mondiale sur les approvisionnements en blé
Publié dans L'Expression le 21 - 03 - 2022

L'Algérie ne figure pas sur la liste des pays touchés par la pénurie des céréales. C'est ce qu'indique le dernier rapport de la Banque mondiale BM qui mentionne: «Les pays exportateurs de pétrole, tels que le Qatar, l'Arabie saoudite, le Koweït et l'Algérie, ne seront pas affectés par la crise ukrainienne, car ils peuvent améliorer leurs revenus publics et leur balance des paiements extérieurs et ainsi, leurs taux de croissance». Ce rapport tombe ainsi à point nommé pour élaguer toute probabilité d'effet collatéral de la crise entre la Russie et l' Ukraine sur l'Algérie. La banque ajoute qu'il est également probable que les pays exportateurs de gaz, en particulier, connaissent une augmentation structurelle de la demande européenne, du fait que les autorités de l'Union européenne aient annoncé leur intérêt à diversifier leurs sources d'approvisionnement en produits énergétiques. Le même rapport ajoute, néanmoins, que le conflit russo-ukrainien aura un impact significatif et négatif sur plusieurs économies de la région, notamment le Liban, la Syrie, la Tunisie et le Yémen. «Ces pays dépendent principalement de l'Ukraine et/ou de la Russie pour leurs importations en produits alimentaires, notamment de blé et de céréales», ajoute le document de l'institution de Bretton Woods.
Contrairement à l'Algérie, plusieurs pays sont fortement impactés par la crise russo-ukrainienne, relève la Banque mondiale qui cite le Liban, la Tunisie, la Libye et Djibouti, ainsi que la Gambie, la Moldavie et le Pakistan, lesquels autant de nations durement touchées par les perturbations des exportations de blé de l'Ukraine, qui comprennent jusqu'à 40% ou plus des importations de blé de ces pays.
La Banque mondiale précise, par ailleurs, qu'un certain nombre de pays en développement seront confrontés à des pénuries d'approvisionnement en blé à court terme, en raison de leur forte dépendance à l'égard des exportations de blé ukrainien, qui ont été perturbées par la crise. Le rapport de la Banque mondiale n'omet pas d'expliquer qu'en sus d'une pénurie directe d'approvisionnement des principaux consommateurs de blé ukrainien, la hausse des prix du blé sur le marché affecterait les pays à revenu intermédiaire du monde entier.
Ainsi, le rapport de la Banque mondiale ne peut que rassurer surtout qu'il élague la question, tellement posée au lendemain du déclenchement de la crise russo-ukrainienne: «L'Algérie manquera-t-elle de blé?». «L'Algérie, deuxième consommateur africain de blé et cinquième importateur mondial de céréales - derrière l'Egypte, la Chine, l'Indonésie et la Turquie -, sera-t-elle impactée par la guerre en Ukraine? La question mérite d'être posée»,publiait par exemple, le Point Afrique dans son édition du 1er mars dernier.
En fait, l'Algérie prend les devants sur le marché des céréales, alors que la situation devient dangereuse pour de nombreux pays. Le gouvernement algérien a ainsi décidé d'augmenter les prix d'achat du blé tendre et dur auprès des agriculteurs pour les encourager à doubler de production en vue de réaliser la sécurité alimentaire.
Suite à cette décision, le prix d'achat du blé dur est passé de 4500 DA à 6000 DA, le blé tendre de 3500 DA à 5000 DA, l'orge de 2500 DA à 3400 DA et l'avoine de 1800 DA à 3400 DA. Cette décision du président de la République relative aux nouveaux prix d'achat, a été saluée par les agriculteurs car elle leur permet de couvrir leurs coûts de production et de réaliser une marge bénéficiaire. Signalons enfin que l'Algérie avait au préalable révisé son cahier des charges portant importation des céréales. En modifiant ce cahier des charges, l'Algérie assouplit du coup ses critères-import de blé, et diversifie de facto ses sources d'approvisionnement en blé tendre et meunier, cassant ainsi certains monopoles...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.