Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Macron et Le Pen regardent à gauche
Présidentielle française
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2022

Les deux adversaires à la présidentielle française, le président sortant Emmanuel Macron et la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, regardent vers la gauche, lorgnant? notamment les électeurs de Jean-Luc Mélenchon qui pourraient, selon les analystes, faire la différence au second tour, le 24 avril. Sûrs a priori de faire le plein des voix sur leur droite, les deux prétendants s'affrontent sur le terrain du pouvoir d'achat, sujet de préoccupation numéro un des Français. Macron, qui multiplie les déplacements depuis dimanche, devait se rendre dans l'est de la France, au lendemain d'une tournée dans le nord, dans des régions populaires qui ont voté massivement Marine Le Pen au premier tour. Assailli toute la journée sur son projet de report de l'âge de la retraite de 62 à 65 ans, le président-candidat a fini par lancer lundi un signal fort à l'électorat populaire, en entrouvrant la porte à un départ à 64 ans. Une concession inattendue. Pour l'emporter, Macron, qui a recueilli 27,85% des suffrages dimanche, doit convaincre un maximum d'électeurs de gauche. Il se rendait, hier, à Mulhouse et Strasbourg, deux villes ayant porté le 10 avril le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon en tête avec 35-36% des suffrages (contre 21,95% au niveau national). Mais la tâche n'est pas aisée. «J'attends qu'il donne des signes d'ouverture», affirme Jean Mathieu, un architecte qui a donné son bulletin à Mélenchon et dit vouloir «voter pour Macron, même si ça ne (lui) fait pas plaisir». Accusé d'avoir été trop absent avant le premier tour, Macron a décidé de multiplier les visites et bains de foule qu'il affectionne. Cela devrait culminer avec un grand meeting samedi à Marseille (sud-est), deuxième ville de France touchée notamment par des problèmes d'insécurité et de pauvreté, et pour laquelle il avait annoncé en septembre un vaste plan de soutien.
«Match retour différent»
Pour sa part, Marine Le Pen, qui dit avoir appris depuis le dernier duel avec Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017, a appelé dès dimanche soir les électeurs de droite comme de gauche à la «rejoindre», en vantant un projet de «justice sociale» et de «protection». La fille du sulfureux fondateur du Front national Jean-Marie Le Pen a rendu publique, hier, une nouvelle affiche très sobre, où on peut lire «pour tous les Français», continuant ainsi à polir son image. La candidate, qui défend le maintien de la retraite à 62 ans, veut engager une profonde réforme des institutions, en recourant au référendum et en inscrivant la «priorité nationale» dans la Constitution, pour permettre «aux seuls Français» d'accéder à certaines prestations sociales. Elle entend également interdire le port du voile dans l'espace public et le sanctionner par une «amende». Lors d'un déplacement lundi dans le centre-est, Mme Le Pen, qui a obtenu 23,15% des voix au premier tour, a insisté, comme durant toute sa campagne, sur le pouvoir d'achat, plombé par la forte inflation, soulignant la nécessité de «mesures d'urgence» pour y faire face. Avec sa stratégie de proximité et ses thèmes sociaux, elle mise sur les voix de Jean-Luc Mélenchon et de son parti «La France insoumise», avant celles de son rival d'extrême droite Eric Zemmour. Mme Le Pen a dénoncé, hier, la «trahison» de Mélenchon vis-à-vis de ses électeurs, appelés à ne pas donner une voix à la candidate au second tour, alors que selon elle, Emmanuel Macron a mené «une politique violemment antisociale». «Je dis aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, soyez de vrais insoumis, (...) n'allez pas sauver la tête d'Emmanuel Macron», a lancé sur la chaîne LCI le porte-parole de la candidate, Sébastien Chenu. Pour le directeur de l'institut de sondages Ipsos, Brice Teinturier, «c'est un match retour totalement différent» de 2017 quand M. Macron avait largement battu Mme Le Pen au second tour: «L'affiche est la même et, en même temps, elle n'est plus du tout la même».À ce stade, l'électorat de Mélenchon a l'intention de voter «à 34% pour Emmanuel Macron, à 30% pour Marine Le Pen, ce qui est plus qu'en 2017, et à 36% de rester à la maison», précise M. Teinturier. L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, figure de la droite en France, a annoncé, hier, qu'il voterait au second tour de la présidentielle pour Emmanuel Macron qui «est, en l'état actuel des choses, le seul en situation d'agir», selon lui. L'ancien Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, a également indiqué qu'il apporterait sa voix au président sortant pour «écarter» la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.