Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France remet au Mali sa base militaire à Gossi
Lutte antiterroriste au Sahel
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2022

Au Mali, le divorce entre les forces d'intervention française et Bamako est consommé. Mardi dernier, l'armée française a officiellement remis aux forces armées maliennes (FAMa) les clés de la base de Gossi, dans le nord du pays, un moment-clé dans le processus de retrait de la force Barkhane tel qu'annoncé par le président Emmanuel Macron et réclamé par les autorités maliennes de transition voici quelques mois.
«Le transfert de la base avancée de Gossi est effectif depuis la fin de matinée», a ainsi confirmé le porte-parole de l'état-major français dans la région stratégique du Sahel, tout en précisant que cette base comptait 300 soldats. Après un déménagement qui a requis quelque 400 containers, il est souligné que la base «a été restituée en l'état avec tous les dispositifs défensifs, tous les équipements (...) ainsi que des infrastructures de casernement. On n'a pas fait table rase», a même souligné le porte-parole. Au cours des sept dernières années, la France qui avait déjà initié des forces d'intervention telle que Epervier et Serval, au Sahel, a engagé la plus grosse opération extérieure au cours de laquelle ont été mobilisés quelque 5500 hommes sur le terrain en 2020.
Mais devant les critiques de plus en plus nombreuses et de moins en moins voilées sur l'efficacité de cette présence, le président Macron avait anticipé au sommet de Pau la crise en assurant que Barkhane serait réduite à 3000 soldats d'ici 2023. Une décision qui n'aura pas suffi à contenter certains dirigeants de la région sahélienne, notamment ceux qui sont apparus au lendemain de putschs déclenchés à la suite de nombreuses manifestations contre les régimes en place et au cours desquelles les populations dénonçaient une lutte antiterroriste impuissante, voire stérile.
C'est à la suite d'un contexte sécuritaire dégradé et d'une crise diplomatique aiguë que les nouveaux dirigeants de transition au Mali, au Burkina et, à un degré moindre, au Tchad ont com mencé à se poser des questions sur l'utilité effective de Barkhane dans la lutte contre le terrorisme, dès lors que celui-ci s'est considérablement aggravé, d'année en année, au point de mettre en péril les Etats de la région minés sur le double plan économique et sécuritaire.
Un peu partout, le sentiment anti-français s'est répandu dans toute la région sahélienne, conduisant les autorités de transition à réclamer le respect de leur souveraineté.
Après la fermeture des bases de Kidal, Tessalit et Tombouctou, celle de Gossi confirme que le départ des 4600 soldats français présents au Sahel dont 2500 au Mali est bel et bien acté, en attendant la remise des bases de Ménaka et Gao.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.