Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un contexte sécuritaire explosif
L'UE juge «regrettable» la décision du Mali
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2022

La décision des autorités de transition maliennes aura pris de court et la France et l'Union européenne. Bamako a annoncé, en effet, qu'à compter du 2 mai, les accords fixant le cadre juridique de la présence des forces étrangères engagée Barkhane (France) et Takuba(UE) sont rompus et «cessent de produire leur effet vis- à- vis du Mali. «Cela signifie, a ajouté le gouvernement malien, qu' «à partir de cet instant, il n'y a plus de base légale pour la France d'opérer sur le sol malien».
Le communiqué a émané du MAE que conduit Abdoulaye Diop, souvent monté en première ligne durant ces derniers mois contre ce qu'il considère comme des «dérives» françaises. Plus que la présence de Barkhane et Takuba, la décision du Mali qui revêt une importance cruciale dans le contexte d'une insécurité permanente et aggravée depuis quelque temps concerne le traité de coopération militaire conclu avec la France en 2014.
C'est dire combien la mesure va opérer un profond bouleversement dans le dispositif militaire français déployé au Sahel et dont le Mali est devenu une véritable plaque tournante. Raison pour laquelle l'Union européenne a surenchéri en qualifiant de «regrettable» la position du Mali qui, affirme le porte-parole de l'UE, ne va pas «favoriser un climat apaisé et une coopération face au terrorisme».
Les dirigeants maliens de transition arguent, pour leur part, des nombreuses violations de l'espace aérien du pays par les avions militaires français, en dépit des mises en garde déjà exprimées depuis janvier dernier par Bamako.
Il faut dire que la goutte qui a fait déborder le vase est tombé, voici quelques jours, lorsque les soldats de Barkhane ont quitté la base de Gossi, où un charnier a été découvert.
Maliens et Français s'en rejettent la paternité, l'état-major de Barkhane brandissant une vidéo pour «prouver» que les auteurs de ces exécutions sont des éléments de la société russe Wagner dont la France et l'UE s'acharnent à affirmer la présence au Mali malgré les démentis catégoriques du gouvernement malien qui proteste de son droit et de sa souveraineté à recourir aux conseillers militaires russes, effectivement présents dans le cadre d'accords anciens entre Bamako et Moscou. Toujours est-il que la présence des corps expéditionnaires étrangers aussi bien dans le Mali que partout ailleurs dans le Sahel, depuis 2014, n'a pas véritablement empêché les violences terroristes de prendre une ampleur sans cesse croissante, au point de compromettre la stabilité et la sécurité à la fois des gouvernements et des peuples sahéliens concernés, et celles de la région dans son ensemble.
Les accords conclus à l'époque et dont certains courent jusqu'à fin mai 2024 montrent toutes les limites du dispositif et son étrange inefficience par rapport aux enjeux et aux périls réels, d'où la réaction légitime d'un pays comme le Mali où la menace a atteint le seuil d'alerte maximale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.