Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du gaz dans le ciel malien
La France affiche sa «pleine liberté» dans l'espace aérien ouest-africain
Publié dans L'Expression le 15 - 01 - 2022


Rien ne va plus entre Bamako et Paris depuis que la France et, avec elle, l'Union européenne ont salué les nouvelles sanctions de la Cédéao contre le Mali, Paris ajoutant que d'autres mesures doivent être prises par Bruxelles pour contraindre les autorités de transition à respecter le calendrier des élections fixées au 27 février prochain. Jeudi, un autre rebondissement a eu lieu, lorsque le gouvernement malien a dénoncé «une violation manifeste de son espace aérien» par un avion de la force Barkhane. L'ambassade de France à Bamako a exprimé son « incompréhension» face à ces accusations alors que le chef de la Barkhane, le général Laurent Michel, a écrit au chef d'état-major malien pour lui signifier que les avions et tous les véhicules appartenant à Barkhane jouissent d' «une pleine liberté de circulation». Pour enfoncer le clou davantage, Paris a observé qu'aucune information ne lui est parvenue de la part des dirigeants maliens à ce sujet et qu'en outre, il existe des accords de défense entre les deux pays, sous-entendu que la France dispose bien d'une entière liberté pour agir dans l'espace aérien du Mali malgré le fait que ce dernier a fermé ses frontières, en guise de riposte aux sanctions de la Cédéao. Avec cette mesure, Bamako a posé la question de la liberté de mouvement des avions militaires provenant de ou se dirigeant vers les Etats d'Afrique de l'Ouest. Est aussi concernée par cette décision des autorités de transition malienne la mission des Nations unies (Minusma) dont les appareils, comme ceux de la France, effectuent régulièrement des vols entre Bamako et d'autres villes de la Cédéao, notamment Abidjan, en Côte d'Ivoire. En protestant contre «la violation manifeste» de son espace aérien par un A400 de l'armée française en aller-retour entre Abidjan et Gao où se trouve une importante base de la force Barkhane, le Mali remet en cause une présence qui dure depuis bientôt dix ans et affirme décliner toute responsabilité dans «les risques auxquels les auteurs de ces pratiques pourraient s'exposer». Signe que les relations, après avoir été pendant plusieurs mois tendues, sont devenues exécrables, au point que d'autres pays européens impliqués dans la mise en place de la force Takuba, sur laquelle mise la France pour opérer son désengagement graduel, ne cachent pas leur «préoccupation» et, surtout, leur volonté de bien «analyser les conséquences» de la crise malienne sur la présence de leurs troupes. C'est, déjà, le cas de la Suède dont le MAE a manifesté jeudi son inquiétude aussi bien «en ce qui concerne la présence du groupe Wagner que le report des élections» et a assuré suivre «l'évolution de la situation, en collaboration avec les Nations unies, l'UE et (ses) partenaires contributeurs de troupes» en vue de tirer les conséquences que «les développements actuels pourraient avoir sur notre présence militaire». La Suède compte 220 soldats au sein de la Minusma et 150 avec Takuba, sa contribution prenant fin pour cette dernière en mars prochain. Nié farouchement par l'ambassadeur du Mali à l'ONU, la présence de Wagner est, en fait, celle d' «instructeurs russes» opérant dans le cadre d'accords de coopération datant des années 1960. Quant à l'ambassadeur de Russie à l'ONU,Vassily Nebenzia, il a stigmatisé «l'hystérie» occidentale envers le Mali en droit de rechercher un partenariat pour compenser le désengagement de Paris.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.