Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La version de Benbouzid sera bientôt prête
Contractualisation dans les hôpitaux
Publié dans L'Expression le 07 - 05 - 2022

La contractualisation dans les hôpitaux, la nécessité d'améliorer la qualité des prestations fournies aux malades, ont été au centre d'un débat réunissant, avant-hier, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid et une délégation composée d'un expert algérien établi en Europe, et des membres de la commission du dossier chargée d'étudier la question de contractualisation. C'est ce qui ressort du dernier communiqué, rendu public par la tutelle, après la réunion tenue en son siège.
L'importance de la numérisation dans la mise en place du système contractuel a été soulignée par le ministre, note le document. La numérisation est le principal moteur de la contractualisation, selon Benbouzid qui a évoqué la possibilité d'initier sa prochaine mise en oeuvre. À propos de son application sur le terrain Benbouzid dira qu' «il pourrait se faire dans un premier temps, à travers des projets pilotes dans un certain nombre d'hôpitaux qui peuvent être évalués et généralisés dans d'autres institutions hospitalières», a précisé la même source. La contractualisation des hôpitaux, voulue par Benbouzid, permettra selon ses dires, de «définir les rôles et les pouvoirs des différents acteurs et des parties prenantes du secteur de la santé, d'améliorer l'organisation et la gestion des établissements de santé, d'évaluer systématiquement les activités et les coûts et de rationaliser les dépenses, afin de préserver la gratuité des soins». La contractualisation, en Algérie, n'est pas une nouveauté. C'est un processus en cours depuis les années 90. «Son application sur le terrain a rencontré quelques difficultés», a souligné le ministre. Les résultas sont, ainsi, loin d'être satisfaisants. À rappeler d'ailleurs, dans ce sens, que l'Algérie débourse presque 439,5 milliards de DA, annuellement, au titre du financement du secteur. La rationalisation de ces dépenses n'est pas le seul défi auquel l'infatigable Benbouzid est confronté.
Ladite réunion a été tenue par le ministre de la Santé, juste après son retour des travaux d'ouverture du Congrès national de psychiatrie, organisé à Alger. Les conséquences directes de la pandémie sur la santé mentale des Algériens est l'autre défi immédiat à relever.
Le ministre, qui présidait l'ouverture du Congrès national de psychiatrie, a expliqué que «les pouvoirs publics avaient développé la prise en charge de la santé mentale au niveau des établissements publics de santé de proximité, en les dotant d'un réseau étendu de médecins privés et en élargissant les domaines de prise en charge de la pédopsychiatrie et de la toxicomanie, en termes de structures et de ressources humaines». Il a également mis l'accent sur «l'importance de développer la prise en charge de proximité de la santé mentale au niveau des établissements publics de santé». Faisant référence au plan d'action global pour la santé mentale 2013-2017, mis en place par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), pour encourager les pays à développer des stratégies nationales dans ce domaine, Benbouzid a rappelé que «l'Algérie a adopté, à cet effet, un Plan national de promotion de la santé mentale 2017-2020, toujours en vigueur, malgré certains obstacles rencontrés en raison de la pandémie de Covid-19».
Cela avant d'affirmer que la pandémie avait également eu «des effets psychologiques sur la société, voilà pourquoi l'OMS oeuvre à l'élaboration d'un programme d'assistance socio-psychologique, bénéficiant d'un suivi, par le ministère, avec l'association de spécialistes en psychiatrie de toutes les wilayas».
La psychiatrie, a soutenu le responsable, «n'a connu de véritable développement que durant ces dernières décennies», grâce à la formation, dans la mesure où il n'y avait qu'un seul spécialiste dans ce domaine, au lendemain de l'indépendance, faisant allusion au professeur Benmiloud».
Il y a lieu de rappeler, par ailleurs, qu'il y a un travail qui est en train de se faire pour la prise en charge des personnes souffrant de traumatismes psychologiques, à cause de la propagation de la pandémie de coronavirus. Tout un dispositif a été mis en place à la fin de l'année dernière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.