Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue national sans partis politiques
Pour une «nouvelle république» en Tunisie
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2022

Le président tunisien Kaïs Saïed a nommé vendredi un juriste proche de lui à la tête d'une commission chargée d'élaborer une Constitution pour «une nouvelle République» à travers un «dialogue national» dont les partis politiques sont exclus. Kaïs Saïed, qui s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet 2021, démettant le gouvernement Mechichi et gelant les activités de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) après une grave crise qui a duré des mois, a désigné le constitutionnaliste Sadok Belaïd comme «président coordinateur de la Commission nationale consultative pour une nouvelle République», selon un communiqué de la présidence. Un décret publié vendredi par le Journal officiel précise que cette Commission «se charge de proposer un projet de Constitution qui sera présenté au président de la République». Cette structure chapeautera trois autres: une commission consultative en charge des «affaires économiques et sociales», une commission juridique et une commission «du dialogue national», selon le décret. Aucun parti politique ne participe aux travaux de ces commissions.
La commission pour les affaires économiques et sociales sera ainsi composée de représentants de la centrale syndicale (UGTT), l'organisation patronale (UTICA), la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH), l'Union nationale de la Femme tunisienne (UNFT) et de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), et sera présidée par le bâtonnier de l'ordre national des avocats, Ibrahim Bouderbala, un soutien de M. Saïed.
La commission juridique sera composée exclusivement d'universitaires nommés par décret présidentiel.
Les membres de ces deux commissions participeront aussi aux travaux de celle du «dialogue national», qui sera également présidée par M. Sadok Belaïd. M. Saïed avait annoncé début mai l'instauration d'un «dialogue national» attendu depuis des mois, tout en s'en prenant aux partis politiques qu'il accuse d'avoir pillé le pays ces dernières années. Dans une feuille de route qui vise à sortir le pays de la crise politique, M. Saïed a prévu un référendum sur des amendements constitutionnels le 25 juillet, avant des législatives le 17 décembre. Le 12 mai, il s'est dit hostile à la présence d'observateurs étrangers à ces scrutins, après avoir nommé le président et des membres de l'Autorité électorale chargée de les superviser.
Après des mois de blocage politique, M. Saïed, élu fin 2019, a pris en main les rênes du pays le 25 juillet en limogeant le Premier ministre et en suspendant le Parlement dominé par le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, sa véritable bête noire, avant de le dissoudre en mars. Outre le contexte politique particulier, la Tunisie connaît une grave crise socio-économique et est en pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) dans l'espoir d'obtenir un nouveau prêt.
Outre l'organisation d'un référendum pour l'adoption d'une nouvelle Constitution, le président Saïed avait annoncé, voici plusieurs mois déjà, la convocation à la fin de l'année de nouvelles élections législatives destinées à une recomposition du paysage politique tunisien, conforme aux attentes d'une population qui a désavoué les formations présentes dans le Parlement que le chef de l'Etat a fini par dissoudre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.